La Défense cherche à recruter 4.210 personnes l’an prochain, un nombre record

La Défense cherche à attirer en 2023 2.500 militaires (un nombre équivalent à cette année), avec 1.250 recrutements prévus de soldats et matelots, 950 de sous-officiers et 300 d’officiers, avec des profils très différents, a indiqué l’un des principaux responsables de cette vaste campagne de recrutement, la major Margot Van Waeyenberghe, au cours d’une conférence de presse à Peutie (Vilvorde).

La Défense cherche aussi à recruter 760 civils (une centaine de plus qu’en 2022) et ouvrira également 950 postes pour des militaires de réserve, sous différents statuts.

Il s’agit – sauf pur les militaires – de nombres records par rapport aux années précédentes.

« La Défense a besoin de nouveaux talents », a souligné la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS) devant la presse, en assurant que le recrutement au sein de son département « tourne à plein régime ».

Elle s’est aussi félicité du nombre croissant de postulants pour une fonction au sein de la Défense avec, par exemple, 18% de candidats soldats et matelots, ainsi que du nombre croissant de femmes – elles sont désormais au nombre de 2.463, soit 10,3%.

Dans le détail, l’armée souhaite incorporer l’an prochain 1.250 soldats et matelots (740 néerlandophones et 510 francophones), 950 sous-officiers (529 néerlandophones, 411 francophones et dix sans préférence linguistique) et 330 officiers (169 N, 123 F et huit indifféremment francophones ou néerlandophones).