Koen Geens veut une réforme de l’État. Très bien, mais laquelle ?

Dans une certaine mesure, la crainte de Koen Geens est fondée. Lundi, sur la VRT radio, le vice-Premier ministre CD&V a estimé que l’une des questions que soulèverait la mise en place d’un gouvernement arc-en-ciel (avec les socialistes, libéraux et écologistes) est que celui-ci n’avancerait pas vers la conclusion d’une réforme de l’État. Selon le chrétien-démocrate flamand, une telle réforme pourrait pourtant résoudre pas mal de difficultés « à court et à long terme » en Belgique, comme la problématique du survol de Bruxelles, le contingentement des étudiants en médecine ou le coût des structures de l’État. « Il faut être prêt à [en parler], sinon la N-VA et le Vlaams Belang passeront un bon moment », a-t-il prévenu.

Mais Koen Geens le sait, une septième réforme de l’État ne va pas sortir de terre avant longtemps.