Kevin Borlée dispensé de faire partie du jury au procès des attentats: « C’est un nom que j’avais retenu », justifie la présidente de la Cour

Le procès des attentats du 22 mars a débuté à Bruxelles, mercredi matin. La première étape-clé est de sélectionner les personnes qui composeront le jury populaire. Sept cents candidats-jurés avaient été préalablement tirés au sort et ont été conviés à la Cour d’assises ce matin pour exprimer leur motivation ou faire part de leur éventuelle demande de dispense.

Parmi les 700 candidats, un nom a particulièrement retenu l’attention: celui de Kevin Borlée. L’athlète belge, membre des Belgian Tornados, s’est ainsi présenté au Justitia (Haren), où se déroule l’entièreté du procès.

Le sportif faisait partie des nombreux candidats a avoir introduit une demande de dispense. Contrairement à d’autres, celle-ci a été acceptée par la présidente de la Cour d’assises, Laurence Massart.

Attentats de Bruxelles : “J’ai été le premier policier sur place, et aujourd’hui j’éprouve de la haine envers la police”

Sans avoir besoin d’argumenter au micro, Kevin Borlée a rapidement pu rentrer chez lui. « Je vous ai accordé la dispense, l’a devancé Laurence Massart. C’est un nom que j’avais retenu. Ce n’est pas pour des raisons médicales, vous l’aurez deviné« .

De nombreuses personnes invoquent ne pas pouvoir siéger durant de nombreux mois pour raison familiale ou professionnelle. La présidente de la cour refuse la plupart du temps d’accéder à leurs requêtes, sauf pour de véritables incapacités médicales ou pour un lien de proximité trop important avec les faits.

Au total, 36 personnes seront sélectionnées pour composer le jury.