Intempéries en Belgique: « Certains cours d’eau n’avaient plus connu de telles crues depuis les années 90 »

A cause des pluies diluviennes qui s’abattent sur la Wallonie, certains cours d’eau débordent ou risquent de déborder, entraînant des inondations encore plus sévères dans les rues adjacentes. Ces bassins sont donc tenus à l’oeil par le Service public de Wallonie (S.P.W.) qui les a classés en fonction des risques d’alerte de crue ou de pré-alerte de crue.

En d’autres mots, si un cours d’eau est classé en phase d’alerte de crue, cela veut dire qu’il va déborder dans les prochaines heures et provoquera des inondations importantes. Pour certains, c’est d’ailleurs déjà le cas, étant donné que l’alerte subsiste même quand la crue a déjà eu lieu. Actuellement, plusieurs rivières sont classées en rouge : c’est le cas de la Vesdre, de l’Amblève, de l’Ourthe, de Lhomme, de la Lesse, de l’Eau d’Heure, de l’Eau blanche et de tous leurs affluents. 

carte ci-dessus, certains cours d’eau sont également classés en phase de pré-alerte de crue. Autrement dit, cela signifie qu’une ou plusieurs rivières du bassin pourraient déborder dans les prochaines heures et provoquer des inondations localisées et sans gravité. C’est actuellement le cas du bassin de la Haute Meuse.

Toutefois, la situation est susceptible d’évoluer et de s’aggraver très vite, en raison des pluies qui ne semblent pas vouloir cesser. La Basse Meuse, pourtant toujours classée en vert, « commence à être préoccupante », souligne ainsi la porte-parole. « On est en train de réguler au maximum en ouvrant tous les barrages et les écluses » de la Meuse, explique-t-elle. Tout est donc mis en oeuvre pour limiter les dégâts au maximum.