« Il faut espérer que la Chine le fasse » : la piste évoquée par Leila Belkhir pour éviter une nouvelle flambée des contaminations en Europe

Une inquiétude partagée par Leila Belkhir, infectiologue à Saint-Luc (Bruxelles). “Je crois qu’il faut bien surveiller la situation là-bas, confirme l’experte à nos confrères de la RTBF. On sait que quand il y a une circulation très intense du virus, il faut faire attention aux nouveaux variants, qui auraient à la fois une faculté de se transmettre et une virulence plus importantes.”

”Testez les gens au Nouvel An, la moitié aura le covid” : Steven Van Gucht annonce une nouvelle vague et elle ne viendra pas de Chine

Toutefois, pour Leila Belkhir, comparaison n’est pas raison : “On ne peut pas comparer la Chine avec la population européenne et en particulier avec la Belgique. L’immunité de la population n’est pas du tout la même. Le virus a moins circulé avec leur politique et leur taux de vaccination n’est pas le même non plus.

Face à cette nouvelle menace, l’infectiologue ne privilégie pas la piste de la fermeture des frontières. “Je ne pense pas que ce soit une solution. À chaque fois qu’on a décidé de fermer les frontières, on s’est rendu compte qu’il y avait déjà des variants présents chez nous.

Par contre, l’experte veut miser sur “une surveillance génomique” afin de mieux contrôler l’évolution du virus. “Il faut espérer que la Chine le fasse et que les informations soient partagées à la communauté scientifique.