Grève des enseignants: Jeholet « n’accepte pas » que l’on accuse le politique de « mépris »

Le libéral a affirmé « comprendre la fatigue des enseignants » et « mesurer comme le métier est difficile aujourd’hui », mais a indiqué « ne pas pouvoir accepter » que les professionnels de l’enseignement parlent de « mépris du politique ». Pierre-Yves Jeholet a rappelé les moyens mis sur la table pour faire face à la crise Covid (« 150 millions d’euros complémentaires »), ainsi que les réformes du Pacte d’excellence et ce que son gouvernement a proposé dans le cadre des négociations sectorielles, soit 32 millions d’euros d’ici à 2024.

« Le budget n’est pas illimité. (…) À un moment, avec le budget de la FWB et le déficit que l’on connait, on ne sait pas augmenter les budgets », a résumé Pierre-Yves Jeholet.

Ce dernier se prononce résolument contre un transfert de ces compétences aux Régions, qui ont l’avantage de pouvoir prélever de l’impôt (au contraire des Communautés). « C’est un slogan facile », a-t-il balayé, rappelant être de toute manière opposé à la levée de nouveaux impôts.

Il faut un « électrochoc, » un « vrai débat entre francophones » pour voir comment mener des « politiques de simplification, de rationalisation et de suppression de certaines structures publiques et parapubliques », a avancé le ministre-président comme piste de solution.