Grève de la faim : La visite du « facilitateur » a été jugée décevante par les sans-papiers

Le commissaire général aux réfugiés et apatrides Dirk Van den Bulck mandaté s’est rendu dans les réfectoires des universités ULB et VUB ainsi qu’à l’église du Béguinage. « Ils sont déçus, entre autres parce que ce monsieur n’a apparemment apporté aucun nouvel élément », a observé Michel Genet, directeur général de Médecins du Monde. « Il a répété avec quelques approximations les différentes voies légales d’obtention du séjour », a rapporté l’USPR dans son communiqué. « Dans l’état actuel de la grève de la faim et de la soif, une telle perte de temps est extrêmement dangereuse ». L’Union des sans-papiers pour la régularisation (USPR) a transmis il y a quelques jours aux partis une proposition de régularisations individualisées, dont le contenu détaillé n’a pas été dévoilé publiquement.

Les personnes sans-papiers qui sont gravement malades peuvent introduire une demande de séjour pour raison médicale, a relevé lundi en fin de journée le secrétaire d’État dans un communiqué intitulé « Le secrétaire d’État Sammy Mahdi tend la main pour sortir de l’impasse ».

« Certains grévistes ont à nouveau accepté de se faire transporter à l’hôpital, ce qui est positif », a par ailleurs noté Michel Genet. Il s’agit de 4 personnes du site de l’ULB et de 3 à 4 autres de l’église du Béguinage. Pour affirmer leur détermination à poursuivre leur grève de la faim, aucun sans-papiers n’avait accepté de monter dans une des nombreuses ambulances envoyées dimanche soir par le gouvernement. Depuis le début de la grève de la faim le 23 mai dernier, des personnes sont emmenées quotidiennement à l’hôpital le temps d’effectuer divers soins et suivis médicaux.