Greffier du parlement wallon suspendu 6 mois: « Une bonne décision et une source de fierté pour le personnel », assure le PTB

« Il faut que les travailleurs soient entendus mais pas par des membres du Bureau. Il faut des interlocuteurs de confiance et externes, vu le climat de terreur » qui a régné pendant des années, a-t-il poursuivi en soulevant également la question « du droit, pour les agents, de se syndiquer ».

A l’heure actuelle, il n’y a pas de délégations syndicales au sein du parlement wallon, le personnel y étant représenté par un conseil.

« Il reste par ailleurs aux membres du Bureau à s’expliquer de manière transparente sur les dépenses somptuaires qu’il a lui-même validées. C’est une étape indispensable », a ajouté le chef de groupe de l’extrême gauche dans un communiqué.

Les Engagés réclament de la transparence sur le fond des dossiers

« Malgré nos demandes, nous n’avons toujours pas reçu d’informations concernant le fond des dossiers », ont regretté Les Engagés, jeudi, après l’annonce, par le Bureau du parlement wallon, de la suspension pour 6 mois du greffier de l’institution, Frédéric Janssens. « Nous avons pris acte de cette décision », ont ajouté les centristes en déplorant par ailleurs de n’être informés « que par la presse ». « A cette heure, nous attendons toujours que le Bureau nous communique sa décision ».

« Nous réitérons notre demande d’une transparence totale, de la cave au grenier, sur la gestion du parlement, dans le respect de l’institution judiciaire », ont-ils enfin indiqué.

Jeudi matin, le Bureau a décidé de suspendre pour 6 mois, avec effet immédiat, le greffier du parlement, dans la tourmente à la suite d’une plainte pour harcèlement et de l’explosion des dépenses de l’assemblée. « Nous voulions un signal fort à l’égard du personnel afin de restaurer la sérénité », a expliqué à l’issue de la réunion le président du Bureau et de l’assemblée, le socialiste Jean-Claude Marcourt, en précisant toutefois qu’il ne s’agissait pas d’une mesure disciplinaire mais d’un « écartement dans l’intérêt du service ».

En d’autres termes, le greffier conserve son salaire durant sa suspension.