Geert Molenberghs met en garde : « La Flandre a le sentiment que tout est fini, mais ce n’est pas le cas”

Geert Molenberghs, biostatisticien à l’UHasselt, indique que la situation hospitalière ne sera pas aussi inquiétante que l’année passée. Malgré ce soulagement, les chiffres sont en augmentation. « La Flandre a le sentiment que tout est fini, mais ce n’est pas le cas« .

Une hausse de 19% relevée par Sciensano, qui pourrait passer à 30% selon Geert Molenberghs. « L’incidence en Flandre, le nombre d’infections pour 100.000 habitants sur une période de quatorze jours, est passée de 150 la semaine dernière à 185 aujourd’hui. Si cela continue, dans quelques jours, la Flandre sera à nouveau rouge plutôt qu’orange sur la carte européenne du coronavirus« , prévoit l’expert.

Les décès aussi connaissent une courbe ascendante. « En juin, nous avions généralement un ou deux décès par jour, maintenant nous sommes au-dessus de dix. Nous devons rester vigilants. »

Néanmoins le biostatisticien se veut rassurant par rapport à ce que l’on a déjà connu. « Il y a un an, nous étions en train d’atteindre le deuxième pic où près de 1.500 lits étaient occupés aux soins intensifs. Cela n’arrivera certainement plus maintenant, grâce à la vaccination et à la circulation que le virus a déjà eue. »

Pour lui, la prudence reste toujours le mot d’ordre. « Nous sommes au début de l’hiver et les conditions sont plus difficiles. En même temps, en tant que société, nous permettons beaucoup de contacts, dans la vie nocturne et avec des étudiants qui vont normalement sur le campus. En Flandre, on a le sentiment que tout est fini, mais ce n’est pas le cas. Nous éviterons le pire, mais il vaudrait mieux que les hospitalisations et la mortalité cessent d’augmenter. »