Frank Vandenbroucke : « Ceux qui peuvent se permettent d’aller au Pukkelpop ou à Tomorrowland peuvent bien payer un test PCR »

Fait notable, Frank Vandenbroucke était absent lors de la conférence de presse qui a suivi le Comité de concertation de ce mardi. Certains ont avancé un acte de mauvaise humeur de la part du ministre de la Santé suite aux décisions prises: « J’avais la commission de la santé publique dans mon agenda », se justifie-t-il. Il assure n’avoir donc pas agi sur un coup de tête.

Il est ensuite revenu de manière générale sur les assouplissements communiqués par le gouvernement: « C’est un plan ambitieux, qui crée des perspectives pour certains secteurs. Une nouvelle extrêmement importante pour moi est que nous allons imposer des normes en matière de qualité de l’air, de ventilation », explique le ministre la Santé. « Cela est crucial si nous voulons garantir nos libertés, et ce, même pour les années à venir si une nouvelle épidémie devait voir le jour. »

Il reconnaît cependant que « cette ambition entraine également son lot de risques » et affirme s’être « exprimé à ce sujet » lors du Comité de concertation: « Il n’y a pas de seuils déterminés au niveau des hospitalisations en Belgique. Même si je suis optimiste, il faut tenir compte de ce facteur et être capable d’assurer une trajectoire qui va dans la bonne direction ».

« Ceux qui peuvent se permettent d’aller au Pukkelpop ou à Tomorrowland peuvent bien payer un test PCR »

Pour pouvoir participer à certains évènements de grande ampleur, il sera également nécessaire de montrer patte blanche à l’aide d’un Coronapass, renommé Covid safety ticket ce mardi. Ce pass donnera en effet la possibilité d’y accéder si la personne est vaccinée ou si elle peut fournir un test PCR négatif.

Certaines associations demandaient ainsi que ces tests soient gratuits. Une proposition qui n’a pas les faveurs du ministre de la Santé: « Les festivals comme Pukkelpop ou Tomorrowland coûtent cher donc les gens qui peuvent se le permettre peuvent bien se payer un test. Tout le monde aura accès au vaccin, gratuitement. Ceux qui refusent ont tort », a martelé M. Vandenbroucke.