Faut-il craindre le « variant colombien » qui a causé la mort de sept personnes vaccinées dans une maison de repos belge ?

Sept résidents d’une maison de repos de Zaventem ont perdu la vie en moins de deux semaines suite à une contamination au coronavirus. Un nouveau variant, dit colombien, est à l’origine de l’infection qui a causé la mort des sept personnes pourtant entièrement vaccinées. La nouvelle a suscité une certaine inquiétude au sein de la population belge, mais également chez nos voisins français. Alors que la campagne de vaccination poursuit son cours, faut-il craindre que cette nouvelle mutation vienne mettre à mal nos efforts ? Les experts se sont voulus rassurants sur le sujet.

En effet, comme l’a rappelé Marc Van Ranst, d’autres contaminations ont été détectées au sein du personnel de la maison de repos. « Mais aucun membre du personnel n’a été hospitalisé », a souligné le virologue de la KULeuven auprès de nos confrères de Het Nieuwsblad. « Cela indique que le vaccin fonctionne. » Même son de cloche du côté du biostatisticien Geert Molenberghs (KULeuven/UHasselt), qui rappelle que d’autres décès ont malheureusement déjà été constatés dans la population vaccinée des maisons de repos. « Ces personnes sont souvent déjà affaiblies, et alors tout virus est plus rapidement mortel« , a-t-il expliqué au quotidien flamand.

Un variant « à suivre »

Les deux scientifiques belges se sont donc voulus rassurants quant à la dangerosité du « variant colombien » (il n’a pas encore reçu de dénomination officielle). « Il me semble peu probable qu’il soit plus fort que le delta », a estimé Marc Van Ranst. « Selon des recherches britanniques, il n’y a aucune raison de croire qu’il est plus contagieux, pathogène ou mortel. » Le virologue a tout de même appelé à garder la mutation à l’œil. L’OMS l’a par ailleurs classé dans la catégorie des variants « à suivre ». 

Que sait-on de sa présence en Belgique ? 

Si le variant a été détecté pour la première fois au mois de janvier en Colombie, ce n’est qu’en juin qu’il a fait son entrée sur notre territoire. Vingt foyers de contaminations auraient été observés depuis lors, ce qui reste un chiffre moindre par rapport à ce qui se passe dans des pays comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni où le variant colombien est davantage répandu.