Fatima B renonce à faire appel de sa condamnation pour participation aux activités de l’EI

Fatima B. a décidé de ne plus interjeter appel de sa condamnation par défaut à cinq ans de prison pour participation aux activités du groupe terroriste État islamique, ont indiqué jeudi ses avocats Abderrahim Lahlali et Mohamed Ozdemir. Sa soeur, Rahma B., condamnée pour les mêmes charges, maintient pour sa part son recours, qui sera examiné par le tribunal correctionnel d’Anvers. « Après avoir étudié son dossier judiciaire, Fatima a décidé de se soumettre à sa condamnation. Elle se rend compte qu’elle a commis une erreur à l’égard de notre société », ont précisé les conseils de la jeune femme. « Elle veut purger sa peine sereinement. »

À l’inverse, sa soeur Rahma demande à être rejugée. « Cela ne signifie pas qu’elle veuille se soustraire à sa responsabilité. Elle désire simplement exposer sa version de l’histoire devant le tribunal », a poursuivi la défense.

Alors qu’elles se trouvaient en Syrie, les deux femmes ont été condamnées par défaut dans des dossiers distincts pour avoir participé aux activités d’un groupe terroriste. Fatima B. a été condamnée en 2015, tandis que la condamnation de sa soeur date de 2019. « Elles ont écopé de la peine maximale sans pouvoir apporter une contradiction », avaient souligné maîtres Abderrahim Lahlali et Mohamed Ozdemir.

Les deux soeurs s’étaient échappées d’un camp de détenus aux mains des Kurdes dans le nord de la Syrie, avant d’être arrêtées en Turquie et extradées vers la Belgique. À leur arrivée à Zaventem fin novembre, elles ont immédiatement été incarcérées, l’une à Anvers et l’autre à Bruges.