Écoles, assouplissements…: Marc Van Ranst s’exprime sur le prochain Comité de concertation

Le répit n’aura été que de courte durée. Après plusieurs semaines d’accalmie, les chiffres repartent à la hausse en Belgique . En moyenne, au cours de ces sept derniers jours, 10.126 contaminations étaient recensées quotidiennement, le 30 décembre enregistrant une forte augmentation de 52% dans cette moyenne. Cette importante hausse des infections a été attribuée par les experts à la montée en puissance du variant Omicron dans notre pays. Cette nouvelle souche du coronavirus est dominante sur le territoire belge depuis le 25 décembre. Mais, malgré les tendances allant dans le mauvais sens, Marc Van Ranst s’est voulu rassurant, ce lundi 3 janvier, au micro de VTM. « Je pense que nous pouvons être de plus en plus optimistes à ce sujet », a-t-il commenté.

Selon le virologue de la KULeuven, le problème auquel nous allons être confrontés concerne davantage une « vague d’absences » qu’une « vague d’hospitalisations », au vu des dernières données communiquées au sujet du variant Omicron. C’est pourquoi il a à son tour estimé qu’un changement au niveau des règles de quarantaine pouvait être envisagé . « Quand la sévérité clinique d’une maladie est moindre, on peut alléger les mesures draconiennes », a-t-il postulé, en donnant l’exemple de la quarantaine et de l’isolement. « On prend peut-être un risque sur le plan épidémiologique, mais je pense que ce risque peut être contrôlé. »

La prudence est de mise

Ce régime de quarantaine adapté est discuté ce lundi par les ministres de la Santé. Un nouveauComité de concertationse tient également cette semaine. Il ne faut toutefoispas s’attendre à d’importants assouplissements lors de la réunion prévue ce jeudi 6 janvier,selon Marc Van Ranst. « Nous nous trouvons dans la phase ascendante de la courbe, nous ne pouvons donc pas nous permettre beaucoup de choses. Il vaut mieux attendre », a continué l’expert au micro de VTM.

Enfin, il a confirmé que les écoles pourraient devoir rouvrir leurs portes à la rentrée, à condition que les règles sanitaires – comprenant le port du masque et la ventilation- soient strictement respectées dans ces établissements.