Division au sein de l’Open Vld sur une coalition arc-en-ciel: un député libéral plaide en faveur de Bart De Wever

Une rencontre secrète réunissant les éventuels partenaires d’une telle coalition a ainsi été organisée par l’informateur Paul Magnette ce samedi 30 novembre. Une réunion entre le PS, le sp.a, le MR, l’Open Vld, Ecolo et Groen qui a finalement été révélée au grand jour et a suscité l’émoi au sein de deux partis qui n’y ont pas été conviés: la N-VA et le CD&V. 

Mais si l’Open Vld a tenté de rassurer ses partenaires au sein du gouvernement flamand, en expliquant avoir été « poli » en acceptant cette entrevue, il semblerait que le parti libéral ne soit pas opposé à ce que les nationalistes soient écartés du pouvoir au fédéral. Le leader de la N-VA a d’ailleurs expliqué ne plus avoir de nouvelles de la présidente de l’Open Vld, Gwendolyn Rutten, depuis deux semaines. 
Mais l’idée d’un gouvernement fédéral sans la N-VA ne fait pas l’unanimité au sein du parti libéral flamand. Le député, Christian Leysen, l’a encore démontré ce mardi 5 décembre, sur les ondes de Radio 1. Estimant qu’il ne serait pas mal qu’une mission soit confiée à Bart De Wever, il est le premier élu Open Vld à ouvertement soutenir le leader nationaliste. Selon Leysen, il est temps que le bourgmestre d’Anvers fasse son entrée dans l’arène.  
Ne pas prendre de décision hâtive
Pour ce qui est d’un gouvernement arc-en-ciel, le député a appelé son parti à faire preuve de patience.  » Il est bien trop tôt que pour faire un choix », a-t-il déclaré sur Radio 1.  » Il ne faut pas se laisser prendre au piège d’une certaine coalition. Nous ne savons pas où et quand cela va atterrir, mais mieux vaut mettre au point un bon gouvernement avec un bon programme plutôt qu’un gouvernement formé à la va-vite, qui foncerait droit dans le mur« . 

Christian Leysen est également revenu sur le possible accord qui aurait été convenu selon lequel Rutten obtiendrait le 16 si l’Open Vld donne son consentement à l’arc-en-ciel. Selon ce dernier, ce n’est pas une bonne idée.  » Je pense que nous devrions préciser qu’il n’y aura pas de Premier ministre libéral dans un gouvernement dominé par la gauche« , a conclu le libéral anversois.