Des perquisitions auraient été menées dans l’entourage de Jürgen Conings: le point sur les derniers événements de la chasse à l’homme (Mise à jour)

Quatre jours après la mise en place d’un énorme dispositif de recherche et l’appel de sa petite amie à se rendre, Jürgen Conings reste introuvable. Le militaire, sympathisant de l’extrême droite, est considéré comme dangereux.

Outre le virologue Marc Van Ranst, le militaire en fuite Jürgen Conings avait également ciblé une mosquée dans le Limbourg, écrivent samedi Het Nieuwsblad et SudPresse. Selon le quotidien flamand, l’homme aurait confié à un ami – un autre militaire aux sympathies d’extrême droite – avant sa disparition, qu’il voulait mener une attaque dans une mosquée située à Eisden.

Il a également laissé une lettre à la police et à son amie pour expliquer ses motivations. Il écrit notamment qu’il va « entrer en résistance » et qu’il ne se soucie pas de mourir. Il s’excuse également auprès d’elle. S’il est conscient qu’il finira par être trouvé, il précise avoir avoir « effacé tout ce qui devait l’être ».

« Il est une menace pour notre société et nos citoyens. Tous les faits montrent que c’est un homme vraiment dangereux qui doit être retrouvé au plus vite », a expliqué le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne.

Le point sur les événements de la nuit et de ce samedi matin.

13h02 : Les recherches se poursuivent, mais dans la sphère privée du fugitif. Vendredi, en plus de perquisitionner le domicile de l’ex-militaire, les forces de l’ordre se sont rendues au domicile de plusieurs militants d’extrême droite soupçonnés de l’avoir aidé à se cacher, affirme Het Laatste Nieuws. En tout, une dizaine de perquisitions ont été menées à travers le pays, chose que le parquet n’a pas encore confirmée. Sur Facebook, un ancien militaire, qui a fait de la prison pour son appartenance à un groupe néo-nazi flamand, a expliqué que les policiers « le cherchaient comme s’il était dans mon placard ». Il affirme qu’il s’agit là de « harcèlement » et dénonce les conditions de la perquisition qui a été menée chez lui. 

12h32 : De nouvelles barricades érigées au poste de contrôle « De Salamander ». Des cavaliers frisons sont présents sur les lieux.

12h23 : Les mosquées font toujours l’objet d’une surveillance accrue dans les environs du parc national de Haute Campine (Limbourg). Dans les communes concernées, aucune nouvelle mesure de sécurité n’a été décrétée, a constaté l’agence Belga sur place. Mais les mosquées font toujours l’objet d’une surveillance renforcée.

Ces derniers jours, plusieurs mosquées avaient décidé de fermer leurs portes par précaution, tandis que d’autres faisaient l’objet d’une surveillance policière renforcée. Vendredi, jour de prière pour les musulmans, une trentaine de fidèles seulement se sont présentés à la mosquée Tevhid, la plus grande de Maasmechelen, contre de 400 à 500 – par groupes de 65 en raison des mesures de lutte contre le coronavirus – ces dernières semaines.

11h20 : Le président de l’Open Vld, Egbert Lachaert, a appelé le parti d’extrême droite flamande Vlaams Belang à condamner ouvertement les actes commis par le militaire en cavale, Jürgen Conings, ainsi que les manifestations de soutien affichées à son égard. Le Vlaams Belang doit envoyer un signal clair à ses militants, a-t-il déclaré samedi sur Radio 1 (VRT). « Ce n’est pas difficile de se radicaliser quand on est abonné à la chaîne de Dries Van Langenhove. Le Vlaams Belang a une responsabilité dans cette histoire », a pointé M. Lachaert. Le président libéral flamand a également condamné les messages de soutien exprimés sur les réseaux sociaux envers Jürgen Conings. « Ce type de soutien n’est pas acceptable. Et c’est aussi au Vlaams Belang et à Tom Van Grieken (son président, NDLR.) de le signaler car ce sont leurs partisans qui s’y adonnent ».

Egbert Lachaeert estime que le Vlaams Belang incite à la polarisation et à la radicalisation dans la société.

9h50 : Les recherches se poursuivent, mais la situation est très calme.

9h40 : Les enquêteurs de la police fédérale ont mené vendredi soir une perquisition au domicile du militaire d’extrême droite Jürgen Conings à Dilsen-Stokkem (Limbourg), a indiqué le parquet fédéral. D’après Het Laatste Nieuws, des échantillons d’ADN y ont été prélevés, mais le parquet se refuse pour le moment à tout commentaire. Le ministère public communiquera plus tard dans la journée.

7h : Quelques mouvements de véhicules ont été constatés mais il s’agit vraisemblablement d’une relève de garde.

Vers minuit, une colonne de vingt véhicules militaires ont quitté le poste de commandement « De Salamander » du parc national de Haute-Campine dans le Limbourg. Auparavant, vers 22h, quatre véhicules blindés avaient déjà quitté les lieux. Il n’est pas clair à l’heure actuelle si quelque chose a été trouvé dans la tente découverte sur les lieux. Actuellement, on ne sait toujours pas si la tente appartient effectivement au militaire ou si elle avait été laissée là par un chasseur.

Depuis 22 heures, des véhicules de police sont régulièrement entrés dans le périmètre le long de la Steenweg à As (N730). Il s’agit d’agents de police de tout le pays qui descendent sur Maasmechelen pour soulager leurs collègues.