Des enfants de sept ans et plus attendent aussi une famille d’accueil: « Ils sont plus méfiants, il faut y aller doucement »

Plus de 7 500 enfants francophones grandissent ailleurs que dans leur famille. Parce que leurs parents ne sont pas capables, temporairement, d’assumer leur rôle pour cause de troubles mentaux, d’assuétudes, d’alcoolisme, d’incarcération… Ces gamins, victimes de violences intrafamiliales, de maltraitance ou de négligence, sont pris en charge dans le secteur de l’aide à la jeunesse. Ce n’est pas un secret : les places manquent pour héberger les enfants en danger ou en difficulté. Les listes d’attente sont longues.