Début des tests rapides préventifs auprès du personnel des entreprises privées : quelles sont les entreprises prioritaires ?

Les tests rapides de dépistage préventif peuvent désormais être effectués dans les entreprises privées alors que jusqu’ici, ces dernières ne pouvaient les utiliser qu’en cas d’émergence de cas de coronavirus au sein de leur société. Le ministre du Travail Pierre-Yves Dermagne s’est rendu vendredi à l’entreprise de préparation de repas pour l’enseignement Agape, où avaient lieu les premiers tests. Il a annoncé que le gouvernement fédéral avait commandé plus d’un million de testsrapides pour les entreprises. Les autorités en disposent déjà de 600.000 en stock pour l’instant. Les entreprises peuvent les commander et ceux-ci sont livrés en deux jours. « En outre, 500.000 tests rapides supplémentaires ont été commandés et sont attendus dans les prochaines semaines », a annoncé M. Dermagne. « Il s’agit de tests antigéniques, qui permettent d’obtenir un résultat dans le quart d’heure. »

Chaque entreprise peut décider d’introduire une demande pour obtenir des tests rapides mais la capacité est limitée. Ce sera au médecin du travail dans les grandes entreprises, ou au service médical (Mensura, Idewe, etc) dans les plus petites sociétés, qui approuveront ces tests rapides.

En concertation avec les partenaires sociaux, le ministre Dermagne a décidé des endroits où les premiers tests préventifs rapides seraient utilisés. « Nous parlons pour l’instant de quatre territoires: Bruxelles, la Flandre orientale, le Hainaut et la province de Namur, les taux d’infection y étant les plus élevés aujourd’hui. L’accent est aussi mis sur les entreprises où le télétravail n’est pas possible et les contacts entre collègues sont plus étroits. »

Enfin, les travailleurs sont testés au moins deux fois par semaine. Aucun employé ne peut être tenu de passer un test.