Dans quelles études fait-on le plus d’Erasmus ?

L’Ares, qui rassemble les acteurs de l’enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, a récemment publié une note d’information concernant les mobilités étudiantes. Après vous avoir déjà parlé des destinations préférées des étudiants pour leur Erasmus, abordons maintenant les domaines les plus représentés lors des Erasmus.

Selon les chiffres des mobilités étudiantes entre 2014 et 2018, il apparaît que le domaine qui arrive en tête du classement est « commerce, administration et droit« . Ce secteur occupe la première position depuis plusieurs années déjà. En 2018 par exemple, 126 jeunes de la Fédération Wallonie-Bruxelles liés à ces études avaient opté pour un séjour à l’étranger, ce qui représente 25% du nombre total d’étudiants Erasmus en FWB (après nettoyage des données).

En deuxième position, on retrouve le secteur de la « santé et de la protection sociale ». Ce domaine a d’ailleurs le vent en poupe puisque le nombre d’étudiants à faire un Erasmus est en constante augmentation. En troisième position, on retrouve les étudiants en « lettres et art ».

Dans quelles études fait-on le plus d'Erasmus ?
©ARES

Les études qui entraînent le moins d’Erasmus

A l’inverse, certains domaines d’études n’enregistrent pas beaucoup de mobilités étudiantes: c’est le cas du secteur des « Services » qui arrive bon dernier, avec seulement 8 étudiants à avoir opté pour un Erasmus. Par « Services », on entend ici les formations d’universités, hautes écoles, écoles supérieures des arts ou écoles de promotion sociale, liées au services aux particuliers (hôtellerie, restauration, voyage et tourisme, soins de beauté…) mais aussi au transport, à la protection de l’environnement ou aux services de sécurité (police, criminologie…). Notons toutefois que ces domaines sont le plus souvent professionnalisant et par conséquent peu liés aux établissements du supérieur.

Deux autres domaines referment ce top 3 des domaines où il y a le moins de mobilité : les« technologies de l’information et de la communication » et les« sciences naturelles, mathématiques et statistiques ».

Rappelons que toutes les études supérieures peuvent techniquement conduire à un Erasmus. Ce sont les étudiants qui, pour diverses raisons, choisissent de partir ou pas.