Croquis de justice: quand amour ou amitié atterrissent au tribunal


Judiciaire

Annick Hovine

Abonnés Publié le – Mis à jour le

Si l’amour rend bête, l’amitié peut aussi conduire à des comportements pour le moins stupides. L’exemple de Marc et François (prénoms d’emprunt) assis côte à côte, penauds et contrits, sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel de Bruxelles, l’illustre parfaitement.