Crise énergétique: les universités vont réduire la température des locaux chauffés à 19°C

Au vu de la flambée des prix de l’énergie, les universités se sont concertées afin de limiter leur consommation. Les six universités francophones – l’UCLouvain, l’ULB, l’ULiège, l’UMons, l’UNamur et Saint-Louis – ont donc décidé de réduire la température des locaux chauffés à 19°C. Le gouvernement bruxellois avait lui aussi décidé de réduire la température dans ses bâtiments publics à 19°C.

« Toute autre mesure éventuelle à impact général fera également l’objet d’une concertation interuniversitaire, l’objectif étant toujours de rationaliser l’utilisation des ressources énergétiques, tout en restant particulièrement attentifs à minimiser l’impact de cette rationalisation aussi bien sur le personnel que sur la formation et l’accueil de nos étudiants », rappelle le Conseil des recteurs francophones (Cref).

Les universités rappellent par ailleurs qu’elles n’ont pas attendu l’explosion des coûts afin de mettre en oeuvre des politiques de développement durable. Celles-ci ont déjà investi dans l’amélioration énergétiques de leurs bâtiments et continuent à le faire au travers de leur plans « Transition » respectifs.

« Aucune mesure rapide d’économie ne permettra de compenser des prix décuplés, mais une réduction générale de la consommation poussera également les prix à la baisse. Les universités s’inscrivent résolument dans cette logique qui est au bénéfice de tous », conclut le Cref.