Covid Safe Ticket, masque à l’école : les politiques appuient pour des assouplissements en vue du Codeco

Le vice-premier ministre Ecolo Georges Gilkinet espère que le Comité de concertation (l’organe qui réunit les gouvernements du pays sous la direction du Premier ministre) se penchera vendredi sur l’opportunité du maintien du port du masque à l’école. Le passage au code orange est un minimum, a-t-il affirmé mardi matin, au micro de Bel-RTL. « J’espère que la discussion sur le port du masque dans les écoles sera ouverte vendredi. En tout cas, je vais la porter. Je demanderai cela (une levée de l’obligation, NDLR) en commençant par les années les plus basses », a expliqué le ministre fédéral.

À ses yeux, il est essentiel de pouvoir voir son instituteur ou institutrice articuler lors de l’apprentissage à la lecture.

Par ailleurs, Georges Gilkinet estime que le Covid Safe Ticket (le certificat qui atteste d’une vaccination, d’une guérison ou d’un dépistage négatif au coronavirus pour avoir accès à certaines activités, notamment culturelles et dans l’horeca) doit être supprimé d’ici l’été ou même avant cela. Il a rappelé que le débat à ce propos devait avoir lieu au parlement.

Plus largement, il considère qu’il est temps de « passer à une autre phase de gestion de la pandémie et de réapprendre à vivre ».

Un CST plus nécessairement utile dans l’Horeca ?

De son côté, Paul Magnette a aussi estimé qu’il était temps de discuter de l’utilité du CST dans certains cas. Pour le socialiste, si le débat sur l’obligation vaccinale ne vaut plus qu’en cas d’apparition d’un variant agressif du coronavirus ou d’une nouvelle pandémie. Celui sur le maintien du Covid Safe Ticket (CST) doit, lui, avoir lieu pour une certain nombre d’activités comme l’horeca, face à la baisse de la pression sur les soins de santé liée au variant Omicron, a déclaré mardi matin le président du PS Paul, Magnette, au micro de la Première (RTBF). « Le Covid Safe Ticket », ce certificat qui atteste d’une vaccination, d’une guérison ou d’un dépistage négatif au coronavirus « garde une certaine utilité par exemple pour les déplacements à l’étranger, mais pour un certain nombre d’activités comme l’horeca, c’est un débat qui doit avoir lieu », a estimé M. Magnette.

Le président du PS n’a pas donné d’indication sur les modalités, notamment chronologiques, de ce débat.