Coulées de boue, chutes d’arbres et inondations: les intempéries frappent à nouveau durement notre pays

Après plusieurs épisodes orageux ayant provoqué de nombreux dégâts ces dernières semaines – notamment à Beauraing où une petite centaine de maisons avaient été touchées par une tornade -, les intempéries ont une nouvelle fois touché notre pays durant le week-end. D’abord samedi soir, en Brabant wallon, où les pompiers avaient effectué une cinquantaine d’interventions pour des arbres couchés sur les voiries, des coulées de boue et des inondations de cave.

Ensuite, dimanche, avec des dégâts observés aux quatre coins du pays, notamment dans la région de Charleroi. Le vent tempétueux a fait se coucher un arbre centenaire sur trois voitures et trois habitations de Jumet.

À Pont-à-Celles, une trentaine de garages et de caves ont été inondés et certaines voiries étaient inondées par 40 centimètres d’eau à plusieurs endroits. Les pompiers de Jumet sont intervenus sur place pour vider l’eau des habitations.

Du côté de Leernes, une demi-douzaine de maisons ont été touchées par des coulées de boue provenant des champs voisins. Des caves et des garages ont été principalement touchés, tout comme des routes.

À hauteur d’Arquennes, un arbre est tombé sous la force de la pluie et s’est couché sur la E19. À hauteur de Jemappes cette fois, c’est la chaussée qui a été complètement inondée sur l’E19 en direction de Bruxelles.

La Wallonie picarde a aussi été victime du mauvais temps. La zone de secours de Wapi a été appelée à de nombreuses reprises pour des rues inondées, des jardins sous eau ou encore des arbres tombés, notamment sur l’autoroute E42, entre Maubray et Vezon. Dans l’entité de Péruwelz, c’est la rue de Mortagne qui a été terriblement touchée. Il n’était d’ailleurs plus possible d’emprunter la route à cause de l’eau et de la boue. Les habitants de la rue ont fait preuve de solidarité en aidant les occupants des maisons inondées. Idem dans le paisible village de Cordes, dans l’entité de Frasnes-lez-Anvaing. « Nous avons de l’eau de tous les champs situés dans les alentours qui est arrivée droit sur nos habitations, explique une habitante sinistrée. Comme les sols sont gorgés d’eau, tout coule. À proximité, il n’y a plus de haies ni d’arbres. Résultat des courses : absolument rien n’arrête l’eau et la boue. »

Déjà touché la veille, le Brabant wallon n’a pas été épargné par les orages de dimanche. À Waterloo, le garage d’Agnès et son mari était ainsi sous l’eau. Ils ont vu le niveau de l’eau monter en moins de 15 minutes. « On habite là-bas depuis 4 ans, et c’était déjà arrivé il y a 3 ans et puis plus rien. Cette année, c’est déjà la troisième fois en une dizaine de jours. Tout le garage a été inondé jusqu’à la deuxième marche. En fait, ça va très vite : ça monte et ça descend en une grosse demi-heure », explique Agnès.

À Ittre, le Ry Ternel est sorti de son lit et a arraché un bout de trottoir tandis que plusieurs habitants ont été frappés de plein fouet par le cours d’eau qui a inondé les garages.

À Orp-le-Grand, plusieurs voiries ont aussi été inondées, comme à la rue Émile Vandervelde. De nombreux habitants ont passé l’après-midi à nettoyer la boue.

Enfin, à Chaudfontaine, même spectacle de désolation avec des garages inondés et des voiries ensevelies sous près de 50 cm d’eau.

La capitale bruxelloise a en revanche été relativement épargnée : il n’y a eu que 17 interventions. La foudre a notamment frappé une maison de la rue Gérard à Etterbeek.