« C’est décevant » ou « une très bonne nouvelle »: la fin de l’obligation du masque pour les moins de 12 ans provoque des réactions contrastées

Une nouvelle réjouissante pour le Délégué général aux droits de l’enfant Bernard De Vos ; prématurée, selon le groupe Parents et enseignants solidaires. Il était question d’attendre le congé de détente (Carnaval) pour lever l’obligation de porter le maque pour les enfants de moins de 12 ans. Le Codeco a finalement avancé la date de quinze jours. Les enfants de moins de 12 ans ne devront plus porter le masque ni à l’école ni dans les magasins ni dans les transports publics ou ailleurs dès le 19 février.

« C’est décevant car ces quinze jours, qui ne représentent que 4 jours et demi d’école, vont laisser contaminer de nombreuses familles alors qu’on aurait pu attendre d’être plus bas dans les courbes pour le faire », a estimé Françoise Heine, porte-parole du groupe Parents et enseignants solidaires face à la crise covid-19.

Il s’agit en revanche d’une très bonne nouvelle, selon le Délégué général aux droits de l’enfant Bernard De Vos. « On sait qu’à l’école, le masque a freiné l’apprentissage de certains enfants et apporté des difficultés dans la relation entre les enfants et avec l’instituteur ou l’institutrice. Sans oublier les enfants qui rencontraient des problèmes physiques », a-t-il indiqué.

M. De Vos se réjouit aussi que le masque ne soit plus obligatoire dans les activités de loisirs, qui participent à l’éducation des enfants. « Quand on sait que certains adultes ont du mal à garder un masque pendant deux heures au cinéma, on comprend que cela soit été compliqué pour des enfants qui, à d’autres moments délicats de la crise, n’avaient jamais dû le porter au contraire des adolescents », a-t-il conclu.