Bart De Wever: « Plus personne ne veut encore du MR dans le gouvernement »

A cet effet, il ne regarde en tout cas pas en direction du MR car « personne n’est encore partisan du MR au gouvernement », a-t-il affirmé vendredi soir, interrogé par VTM.

En s’exprimant de la sorte, M. De Wever confirme le constat, fait auparavant dans le camp socialiste francophone, de l’existence d’un socle de cinq partis, mais il va plus loin en excluant d’emblée le MR des formules d’élargissement. Pour le président de la N-VA, le MR se sent bien au gouvernement actuel où il compte sept ministres. Il ne veut encore venir à la table des négociations que pour les faire échouer.

Lui-même et son homologue socialiste Paul Magnette ont, d’après lui trouvé un équilibre dans tous les thèmes: social, économique, fiscal et institutionnel. Cinq partis se sont déclarés d’accord pour en discuter. « Ils sont critiques, mais ils veulent participer », a-t-il commenté.

Les libéraux sont venus avec leur propre note, « leur programme électoral, une fable destinée à l’échec », a-t-il décrit.

« Le problème c’est que cette note MR est une note MR-Open Vld », a déclaré vendredi soir Georges-Louis Bouchez, président du MR à l’agence Belga indiquant par là que les libéraux restaient unis dans cette séquence des pourparlers.

Pour le président de la N-VA, il serait « criminellement irresponsable » de faire échouer les négociations. M. De Wever a lancé un appel à tout un chacun à se comporter de manière responsable.