Bart De Wever: « Ce cirque commence à me taper sur les nerfs »

Comme nous vous en parlions ce mercredi, l’ambiance n’est pas au beau fixe au sein de la majorité anversoise . La venue, pourtant prévue depuis longtemps, de Willem-Frederik Schiltz (Open Vld) ne plairait pas à la N-VA. Au point que des rumeurs courent concernant une possible éviction du parti libéral flamand de la majorité. Les nationalistes et socialistes flamands réunissent en tout cas assez d’élus pour se le permettre. Mais le bourgmestre, Bart De Wever (N-VA), a balayé d’un revers de la main ces allégations. « Il est assez étrange d’entendre soudainement dire que votre coalition est en crise, alors qu’en son sein même nous ne remarquons rien », a-t-il commenté sur les ondes de Radio 2. « Nous rencontrons comme à l’habitude le Collège des échevins et il n’y a aucun problème. »

Le président des nationalistes flamands a, pour sa part, refusé de se prononcer à l’heure actuelle sur un éventuel changement au sein de la majorité anversoise. « Je vois qu’Egbert Lachaert a lancé un ultimatum indiquant qu’il voulait qu’un acte soit posé cette semaine sinon les libéraux claquaient la porte. Je ne ferai rien cette semaine. Je vais attendre et voir ce qu’il se passe. S’ils partent, alors c’est réglé. Ce cirque commence à me taper sur les nerfs », a continué le bourgmestre anversois.

Enfin, il s’est dit malgré tout ouvert au dialogue. « Ils devraient venir m’expliquer pourquoi il y a un gros problème. (…) Je suis quelqu’un avec qui on peut vraiment trouver un arrangement », a-t-il conclu sur les ondes de Radio 2.