Avenue de Tervueren: il ne peut y avoir de report de trafic dans les quartiers, assure Van den Brandt

Dans une vision « win win », il faut au moins procéder à une phase de test, à partir du mois d’août et si nécessaire la prolonger, a affirmé vendredi la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen). Les collèges des bourgmestre et échevins de Woluwe-Saint-Pierre et -Saint-Lambert ont fait part cette semaine de leur ferme opposition à la réduction du carrefour des Quatre Bras par la Région flamande, mais aussi à la suppression d’un bras de l’avenue de Tervueren située sur le territoire de la Région-capitale.

La « Werkvennootschap » qui coordonne les projets des différentes autorités flamandes de la mobilité gère des travaux de réaménagement du ring autour de Bruxelles, visant à sa sécurisation et son élargissement. Ce projet concerne également le remaniement du carrefour des Quatre Bras et du bout de l’avenue de Tervueren (N3) dont il prévoit la disparition du bras sud de la N3 utilisée par la navette automobiliste sortante pour en faire une autoroute cyclable.

Le trafic entrant et sortant serait alors ramené sur l’unique tronçon nord actuellement réservé au seul trafic entrant sur deux voies de circulation.

Interrogée vendredi en séance plénière du parlement bruxellois par Jonathan de Patoul (DéFI) et Arnaud Verstraeten (Groen), la ministre bruxelloise de la Mobilité a indiqué avoir ouvert une concertation avec les communes concernées sur ce projet de la Flandre qui vise à rééquilibrer l’espace sous toucher à la capacité de l’axe de circulation. A ses yeux, le projet doit représenter un « win win » pour les deux Régions.

« Il est crucial qu’il n’y ait pas de report de trafic dans les quartiers proches », a-t-elle notamment dit, soulignant que l’avenue de Tervueren offrait un potentiel de 5.000 cyclistes par jour en leur réservant le bras sud de l’avenue. Une rénovation de la piste existante n’offre pas le même potentiel sauf à porter atteinte aux arbres qui la bordent.

Quant au moment de la phase de test, le moins d’août sera celui du commencement, mais pas nécessairement de la fin. Celle-ci peut sans problème être prolongée, a-t-elle ouvertement laissé entendre