André Antoine prédit un avenir sombre à la Fédération Wallonie-Bruxelles: « La faillite sera politique avant d’être comptable »

Que ce soit clair : je ne veux pas la mort de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Mais, compte tenu de la situation, elle va au-devant de très grosses difficultés. » Le député CDH André Antoine a fait ses calculs, et la note qu’il présente sur les perspectives de l’avenir (budgétaire, mais pas que…) de la Fédération Wallonie-Bruxelles dresse rien moins qu’un constat de faillite. « Une faillite qui sera politique avant d’être comptable », affirme-t-il.

Le nouveau gouvernement Jeholet (MR-PS-Écolo) a présenté « les décisions du conclave budgétaire ». En résumé : un déficit annoncé de 508 millions d’euros pour 2019 suivi d’un autre, de 708 millions pour 2020, et la précision qu’il n’y aurait pas de retour à l’équilibre sous cette législature.

En mai, le Cerpe (Centre de recherches en économie régionale et politique économique) avait déjà tiré la sonnette d’alarme sur l’emballement probable de l’endettement. Une inquiétude légitime basée sur l’évolution d’une série d’indicateurs. Et que les calculs d’André Antoine viennent encore alourdir car intégrant des paramètres ignorés. D’où d’importantes questions politiques.