Alexander De Croo réagit aux évènements du Bois de la Cambre: « C’est inacceptable, les règles valent pour tous »

« Les faits du Bois de la Cambre sont inacceptables », réagit vendredi le Premier ministre Alexander De Croo sur le réseau social Twitter. « Soutien aux policiers blessés. Je comprends la fatigue face au virus mais les règles sont prises pour une raison. Elles valent pour tous. Les hôpitaux se remplissent. Être solidaire aujourd’hui est la clé de notre liberté demain », a-t-il ajouté. Le cabinet du Premier ministre a ajouté à l’agence Belga avoir évoqué les événements ce vendredi matin avec la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V).

Alexander De Croo (Open Vld) a dit comprendre que la pandémie de coronavirus en demande beaucoup pour beaucoup de personnes, et pas uniquement aux jeunes. Il souligne également que les règles sont là pour une bonne raison et qu’elles s’appliquent à tout le monde. « Il n’y a aucune justification pour enfreindre les règles, en particulier dans une période où nos hôpitaux se remplissent et que les gens du secteur de la santé travaillent jour et nuit pour trouver des lits et prodiguer les soins vitaux. »

Le Premier ministre souligne que l’observation des règles constitue un signe de respect pour les personnes dans les soins. « Et avec la vaccination, cette situation difficile pourra être gérée plus rapidement et l’ensemble des règles pourront être assouplies. »

Jeudi soir, la police de Bruxelles-Capitale/Ixelles est intervenue au Bois de la Cambre à Bruxelles pour mettre fin à un rassemblement de personnes, dont certaines se sont rebellées face aux policiers.

Le faux festival musical « La Boum », un canular posté sur les réseaux sociaux en vue de tourner en dérision certaines mesures édictées dans le cadre de la pandémie de coronavirus, a mené jeudi après-midi à un véritable rassemblement, de 1.500 à 2.000 personnes selon les estimations de la police locale, sous une météo favorable.

Quatre personnes ont fait l’objet d’une arrestation judiciaire pour des faits de rébellion, coups et blessures envers des policiers et non-respect des « mesures Covid », a indiqué vendredi le parquet de Bruxelles