Affaire Valentin: des menaces à l’encontre d’un des accusés

Belgique

La présidente a demandé à la partie civile d’informer ses clients qu’aucun débordement ne sera toléré.

Ce vendredi après-midi, un incident est venu émailler l’audience de la cour d’assises de Liège. En effet, la présidente, Catherine Urbain a signalé qu’on lui avait reporté qu’une personne ivre était rentrée dans la salle d’audience et que des gestes de menaces avaient été commis envers les accusés. 

Ainsi, un homme qui accompagnait la famille de la victime est entré ivre dans l’enceinte de la cour d’assises tandis que des personnes assises non loin des parties civiles ont été vues en train de faire des gestes d’égorgement envers Alexandre Hart. Des menaces auraient également été remarquée du côté de la famille des accusés. 

La cour a estimé que ces comportements étaient totalement inadéquats et inacceptables.

« Me Wilmotte, je vous demande de parler à vos clients. Il n’est pas acceptable que de tels faits se produisent dans l’enceinte d’une cour d’assises. La personne ivre ne pourra plus accéder à l’audience et si d’autres incidents de ce type se produisent, vous allez devoir représenter vos clients tout au long de la procédure. « 

L’avocat a souligné qu’il ne pouvait s’adresser qu’à ses clients parties civiles, mais qu’il ne pouvait rien imposer aux autres personnes qui les accompagnaient. Me Alexandre Wilmotte a décidé d’évoquer le problème avec ses clients et de leur demander de veiller à ce que les débats se déroulent sereinement.

La présidente s’est levée et s’est adressée au public. « Je ne tolèrerais aucun débordements », a indiqué Catherine Urbain. Elle a demandé à chacun de respecter la sérénité des débats.