Affaire Mawda: le tribunal rendra son jugement dans l’affaire Mawda le 12 février 2021

La nuit du 16 au 17 juillet 2018, la fillette kurde irakienne, âgée de 2 ans, avait été tuée d’un coup de feu lors d’une course-poursuite entre la police et un véhicule transportant des migrants sur l’autoroute E42.

Un policier, auteur présumé du tir, est poursuivi pour homicide involontaire. Une peine d’un an avec sursis a été requise à son encontre par le ministère public. Son avocat, Me Kennes, a plaidé l’acquittement.

Deux hommes, détenus, sont également poursuivis pour entrave méchante à la circulation avec circonstance aggravante de mort. L’un d’eux est en état de récidive après avoir été condamné, le 8 juillet 2016, par le tribunal correctionnel de Dunkerque (nord de la France). Le ministère public a requis des peines de respectivement 10 et sept ans de prison contre les deux hommes, originaires comme la victime du Kurdistan irakien. Leurs avocats, Me Discepoli, Me Gillis et Me De Beco, ont plaidé jeudi l’acquittement pour chacun, estimant qu’il n’y a pas suffisamment de preuves montrant qu’ils étaient l’un chauffeur et l’autre convoyeur de la camionnette transportant les migrants.

La question de leur rôle de passeurs sera quant à elle débattue devant le tribunal correctionnel de Liège, où les deux Irakiens sont jugés avec un troisième individu. Le tribunal liégeois a reporté les plaidoiries en attendant la décision montoise.