Affaire Jürgen Conings : l’enquête est close

Le juge d’instruction en informera le procureur fédéral dans les prochains jours. Ce dernier devrait, selon toute vraisemblance, réclamer l’extinction de la procédure pénale, Conings étant décédé sans qu’il soit question de l’implication d’un tiers. Le 17 mai de l’année dernière était lancée une opération de grande envergure pour retrouver Jürgen Conings. Le militaire de 46 ans, connu pour ses sympathies avec l’extrême droite, avait dérobé des armes lourdes à la caserne de Leopoldsburg et menacé plusieurs personnes, dont le virologue Marc Van Ranst, quelques jours auparavant.

Le parquet fédéral avait ouvert une enquête pour tentative d’assassinat dans un contexte terroriste et infraction à la loi sur les armes dans un contexte terroriste. Après la découverte du véhicule de Jürgen Conings à l’orée du bois de Dilser, dans le Limbourg, les forces de l’ordre avaient passé le parc national de la Haute Campine au peigne fin. Seul un sac à dos noir avec de la nourriture et des munitions avait été retrouvé à proximité de l’endroit où Jürgen Conings avait garé sa voiture.

Ce n’est qu’un mois plus tard, le 20 juin, que le corps du militaire a été retrouvé par deux cyclistes dans une partie difficile d’accès du bois. Le corps gisait au pied d’un arbre, caché par les fougères. Il est rapidement apparu que l’homme avait mis fin à ses jours.