Yacine Ouelmouhoub. Secrétaire national du Syndicat des inspecteurs de l’éducation nationale (SIEN) : «Les autorités doivent assumer leurs responsabilités vis-à-vis des générations futures»


– Le ministère de l’Education nationale a annoncé, hier, les mesures retenues pour l’organisation de la rentrée scolaire. Qu’en dites-vous ?

D’après une première lecture, il y a une chose essentielle qui n’a pas été évoquée clairement : c’est le réaménagement des programmes scolaires et l’allégement des contenus des apprentissages. Cela sous-entend que rien n’a été préparé jusqu’à présent et nous continuons à travailler dans l’improvisation.

Ce que nous ne comprenons pas aussi, c’est la durée des trois pseudo «trimestres». Le premier avec une durée de 3 mois et le second avec seulement 4 semaines. Je le dis haut et fort, il faut mettre en place une vraie stratégie pour répondre à toutes les situations.

Il est, aujourd’hui, grand temps de donner un bon coup de pied à l’incompétence, notamment dans un secteur aussi sensible que l’éducation. Les hautes autorités du pays doivent prendre leurs responsabilités, c’est de l’avenir de notre école et des futures générations qu’il s’agit.

– Pensez-vous que le ministère s’est pris en retard quant à cette organisation de la rentrée ?

Bien évidemment. Nous sommes en train de constater le résultat. En temps que syndicat, nous l’avions relevé dans nos précédents communiqués datant des mois d’avril et mai.

Il fallait se rattraper et mettre en œuvre une démarche visant à atténuer les conséquences de l’interruption de la scolarité et permettre d’assurer sa continuité en vivant avec la pandémie. Malheureusement, cela n’a pas été fait.

Les autorités semblent ne pas comprendre que nous ne vénérons pas la critique, mais nous faisons plutôt des propositions concrètes et des solutions envisageables.

Malgré cela, ils continuent de se voiler la face. Nous avions également parlé de l’enseignement en ligne. Mais un tel travail se prépare.

Nous avons perdu beaucoup de temps. Il nous faut, d’abord, répondre à plusieurs questions, dont essentiellement les supports sur lesquels se fera cet enseignement en ligne, puis entamer la formation des enseignants et/ou des équipes pédagogiques chargés de prodiguer ces cours en ligne.

– Quelle est votre position par rapport à la révision à la baisse de la moyenne de réussite au baccalauréat ?

Nous sommes vraiment déçus par la décision «populiste» de faire baisser la moyenne de réussite au baccalauréat. Ça sera désormais un bac au rabais, qui perd toute sa crédibilité

Cette décision nous révolte. Nous la rejetons catégoriquement et nous la désapprouvons en tant que Syndicat des inspecteurs de l’éducation nationale.

C’est une décision unilatérale qui n’engage que le ministre de l’Education nationale. Pourtant, nous avons eu une rencontre avec le ministre ce samedi.

Il n’y a même pas fait allusion. Le ministre a refusé d’aborder le sujet de la rentrée scolaire et celui du déroulement de l’année scolaire. Nous prenons l’opinion publique à témoin des graves répercussions de cette décision irréfléchie sur l’avenir de notre école.

Post Views: 95

Advertisements