Une marche réclamant justice pour la mort d’un Algérien en France

La semaine dernière, l’Est français notamment la ville de Besançon a été témoin d’un macabre incident. En effet, la nuit du samedi au dimanche 24 juillet dernier, une rixe s’est éclatée devant les portes d’une boite de nuit sise dans cette ville. Et ce, au moment où un jeune de 25 ans a été recalé par les agents de sécurité de cet boite.

Il ne s’agit pas d’une simple altercation. Dans la mesure où, elle a conduit à la mort de ce jeune aux origines algériennes. Notamment, Seïf Boulazreg. Après une poursuite déclenchée entre ce dernier et les agents de sécurité de la boite, Seif a fini par faire une chute mortelle au niveau des flancs de la citadelle. Et ce, à hauteur de sept mètres, causant sa mort.

Mort du jeune Seïf Boulazreg : qui est le coupable ?

Par ailleurs, les services judiciaires de la région ont lancé une enquête pour déterminer les circonstances de ce triste sort. En effet, pour ceux-ci un seul coupable est à pointer du doigt, le jeune Seif. En se basant sur les seuls témoignages du propriétaire de la boite et des agents de police. Les chargées de l’enquête prétendent que la victime a fait preuve d’excitation, de nervosité et d’agressivité.

De son côté, le parquet de Besançon a annoncé, le lundi 25 juillet dernier,   sa position vis à vis la mort de ce jeune Algérien. Pour lui, ce douloureux fait n’est que résultat d’un d’une chute accidentelle. Qui, a malheureusement causé de graves blessures au défunt.  En effet, Seif a subi d’intenses et fortes hémorragies au niveau du crâne, causant sa mort quelques heures après son hospitalisation.

En revanche, pour ce même parquet, les agents de police n’ont rien avoir avec cette chute, Seif a été poursuivis par les agents de sécurité de ce club de nuit. La police française est arrivée sur les lieux après la chute de ce jeune de 25 ans. Il s’agit du moins de ce qu’a confirmé ce parquet aux médias français.

Marche blanche en mémoire de Seif Boulazreg

Pour soutenir la famille du défunt mais aussi pour revendiquer justice pour ce dernier. Une marche blanche a été organisée le vendredi dernier, au niveau de la place pasteur de Besançon. Ce sont environs 250 personnes dirigés par le père du défunt, Karim Boulazreg. Qui, réclament haut et fort la justice pour ce jeune algérien.

Un cortège silencieux escorté par la police a été mené dans les rues de la ville. Et ce, jusqu’à la première scène de l’altercation. Notamment la fameuse boite de nuit. Par ailleurs, il convient de le préciser, le corps de Seif Boulazreg sera enterré là où est né,  son pays natal, l’Algérie.