Un «soutien» dont l’armée peut se passer


Les tentatives de récupération du mouvement populaire se multiplient. Après la mobilisation des essaims de mouches électroniques pour faire l’éloge de la feuille de route prônée par le chef d’état-major de l’ANP, les artisans de ce qui est appelé «campagne de soutien à l’armée» tentent d’investir carrément le terrain.

Ils commencent à se manifester, en jouant sur la fibre nationaliste, et parfois régionaliste en vue de diviser le mouvement populaire. Un jeu dangereux. Leur première tentative avortée a eu lieu, il y a plus de 20 jours, à Djelfa. Sous prétexte d’organiser une manifestation de soutien à l’ANP, ils ont mobilisé un groupe de personnes pour conduire cette manifestation.

Les habitants de cette ville se sont opposés à la tenue de cette action et ont chassé les meneurs, dont la députée Naïma Salhi, connue pour ses attaques répétés contre la Kabylie. Mais la leçon de Djelfa n’a pas été apprise. Les artisans de cette démarche ne désespèrent pas.

Ils viennent de signer d’autres actions, comme celle de jeudi dernier à la Grande-Poste, où un groupuscule de jeunes, présentés comme étant des radiés de l’ANP, ont organisé un rassemblement de soutien à Gaïd Salah et à l’armée. Ils se sont, toutefois, retrouvés seuls à vociférer, pendant quelque temps, avant de quitter les lieux. Dans la même journée, le mouvement des radiés de l’ANP s’est démarqué de cette action et réaffirme son soutien aux revendications du mouvement populaire.

Les marches d’hier ont été également marquées par deux événements importants, confirmant que les Algériens refusent toute récupération de leur mouvement. Le premier, très symbolique, a eu lieu à Mila. Dans cette ville, les manifestants ont été surpris de découvrir, sur la façade d’un bâtiment, un poster géant à l’effigie du chef d’état-major.

Un portrait similaire à ceux du Président déchu, qu’une main invisible a accroché à cet endroit à des fins de propagande en faveur du premier militaire du pays. Sur ce poster, on a écrit un slogan en arabe : «Son Excellence le peuple algérien mandate Gaïd Salah à éradiquer la bande». Là aussi, les habitants ont réagi.

Un groupe de jeunes manifestants est monté sur le toit de l’immeuble pour décrocher le poster, comme on peut le voir sur une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux.

A Alger, c’est un autre procédé qui a été expérimenté. Un groupe de jeunes, vêtus de gilets orange sur lesquels ils ont écrit des slogans favorable à l’armée, tentent de distribuer des tracts appelant à la tenue de la prochaine présidentielle. Ils n’ont pas été épargnés par les manifestants qui les ont traités de «cachiristes», tout en scandant des slogans hostiles à Gaïd Salah et à l’instauration d’un pouvoir militaire.

D’aucuns estiment que ces actions desservent grandement l’institution militaire, institution républicaine s’il en est, ne devrait pas être mêlée aux controverses et jeux politiques ou politiciens.

Related Post

Aghribs : Les acquéreurs LSP interpellent les auto…
La volonté du peuple est sacrée
L’Inde fragilisée par les lacunes de son antiterro…
Iran : Mir Hossein Moussavi aux côtés des manifest…

Post Views: 38