Un pas en avant, deux en arrière


Repère

Faut-t-il saisir la «main tendue» du dialogue auquel a appelé le président Abdelmadjid Tebboune ou la rejeter ? C’est en ces termes qu’est posée l’équation du dialogue politique entre le pouvoir et la société.

Le débat ne divise pas seulement le hirak, mais s’étend également à la classe politique, aux syndicats et jusqu’aux personnalités politiques, voire s’invite même dans les salles de rédaction. Sur les réseaux sociaux, les commentaires sont particulièrement virulents à l’encontre de tous ceux qui franchissent le pas de la concertation avec le pouvoir.

On a vu comment des figures emblématiques du hirak ont été sommées de s’expliquer, séance tenante, dans des vidéos réalisées au milieu des manifestants pour avoir perçu quelques vertus et lueur d’espoir à l’appel au dialogue de Tebboune.

L’exercice relevait du tribunal populaire. Respectés et écoutés pour leur engagement contre le système et pour le changement démocratique, les Benbitour, Rahabi, Hamrouche, Taleb Ibrahimi, Soufiane Djilali, ont vu soudainement leur cote de popularité fortement décliner auprès de l’aile dure du mouvement populaire pour avoir accepté de répondre à l’invitation du chef de l’Etat pour des consultations sur la situation que traverse le pays et recueillir leurs visions respectives sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour sortir de la crise.

Le peu d’informations, pour ne pas dire le black-out total qui a entouré ces rencontres entre le chef de l’Etat avec les personnalités politiques reçues à la présidence de la République, n’a fait que nourrir davantage la suspicion autour de ces consultations. Il est vrai que ces personnalités n’ont jamais prétendu représenter le hirak pour se faire le devoir de lui rendre compte de leurs rencontres avec Tebboune. Mais elles ont en revanche un devoir moral de transparence envers le mouvement populaire, dont elles se revendiquent et partagent le combat pour le renouveau démocratique de l’Algérie qui passe par le changement du système.

Pour l’heure, ces rencontres avec l’opposition profitent beaucoup plus à Tebboune qui récolte les dividendes politiques en ne concédant rien sur le fond des revendications populaires. Connaissant la probité morale et politique de ces personnalités, leur patriotisme et leur attachement aux valeurs démocratiques, on ne peut pas leur faire l’injure de verser dans la compromission avec le pouvoir, de n’avoir pas usé de leur poids politique face au président de la République pour défendre le projet de l’Algérie nouvelle porté par le hirak.

Ont-ils été de bons avocats pour convaincre le président de la République de la nécessité urgente de décider de mesures d’apaisement à travers, notamment, la libération des détenus d’opinion dont des figures de proue du hirak ? Tebboune a-t-il été réceptif à leur plaidoyer  ?

Peu sûr, si l’on se fie à la main lourde qui a caractérisé l’action de la justice dans le jugement de certains dossiers de détenus d’opinion ces derniers jours. La décision prise hier par le tribunal de Koléa de prolonger de 4 mois le mandat de dépôt de Karim Tabbou fait voler en éclats l’espoir né à la faveur de l’élection du nouveau Président, de la tenue de son procès et de son élargissement, tout comme la libération des autres leaders du hirak et de tous les détenus d’opinion.

Le moins que l’on puisse constater, c’est que la dynamique politique escomptée avec l’ouverture de ces consultations n’est pas au rendez-vous. La gestion du hirak est tout autant musclée et répressive qu’avant le 12 décembre, le champ médiatique et politique toujours en décalage par rapport aux luttes et aspirations populaires et la crise politique tout aussi présente et menaçante. Plus le pouvoir tarde à aller dans le sens des revendications populaires et demeure sourd aux mesures d’apaisement réclamées, plus il se coupe du peuple et discrédite aux yeux de l’opinion les consultations qu’il a lancées.

Avec ce risque évident de compromettre l’organisation du dialogue national projeté en ne trouvant pas, à l’avenir, de partenaires plus ou moins sérieux et fiables pour donner un tant soi peu de crédibilité à sa démarche.

Post Views: 0