Un détenu d’opinion à Ghardaïa perd tragiquement ses trois filles


Le détenu d’opinion et militant mozabite, Mohamed Abbas, a perdu de manière tragique ses trois jeunes filles, décédées par intoxication au monoxyde de carbone, ce week-end, au domicile familial dans la commune de Bounoura (Ghardaïa), dans la vallée du M’zab.

La mère des trois victimes a été sauvée, quant à elle, in extremis d’une mort certaine et a été transférée à l’hôpital pour recevoir les soins appropriés. Cette tragique nouvelle a suscité une vague d’émotion.

Incarcéré à la prison de Ghardaïa, Mohamed Abbas fait partie des nombreux militants mozabites arrêtés en 2015, dans la foulée des violences meurtrières dont la région du M’zab avait été le théâtre cette année-là entre Mozabites et Chaâmbas. Ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison, alors que la défense n’a cessé de dénoncer une justice revancharde.

Le cas le plus emblématique et non moins tragique est celui du militant des droits de l’homme, Kamel Eddine Fekhar, décédé en détention provisoire suite à une grève de la faim de plusieurs semaines.

Libéré en juillet 2017, après avoir purgé deux ans de prison, notamment pour «atteinte à la sûreté de l’Etat» et «trouble à l’ordre public», Kamel Eddine Fekhar avait été à nouveau arrêté et placé le 31 mars en détention préventive à Ghardaïa pour «atteinte aux institutions». Il avait dénoncé des pratiques «ségrégationnistes» envers la communauté mozabite.

Le décès de Kamel Eddine Fekhar, également militant de la cause mozabite, à l’hôpital avait provoqué colère et indignation en Algérie et des réactions à l’international. Lors du 15e vendredi consécutif de manifestations antisystème, le dernier du mois de Ramadhan, les manifestants avaient rendu hommage à ce médecin de 54 ans, accusant le pouvoir d’être responsable de sa mort.   

H.L

Post Views: 690