Un Aïd El Adha pas comme les autres


Le rituel du sacrifice intervient dans un contexte difficile

En recommandant fortement l’interdiction du sacrifice, les médecins mettent en garde contre les rassemblements qui se font autour du mouton : «Ces rassemblements sont une source de propagation du virus.»

La fête du sacrifice, l’Aïd El Adha, aura cette année un goût amer. Elle sera célébrée dans des conditions particulières, marquées par la recrudescence des contaminations au coronavirus.

Nombreuses aussi sont les familles plongées dans la douleur de la perte d’un parent, d’un enfant ou d’un proche. Un deuil d’autant plus difficile à surmonter en ces moments de fête. La pandémie de Covid-19 va perturber cette journée-clé du calendrier musulman, comme ce fut le cas pour l’Aïd El Fitr.

Néanmoins, beaucoup d’Algériens n’envisagent pas de déroger au rituel du sacrifice, ce qui suscite, en ce contexte épidémique, l’inquiétude des professeurs en sciences médicales et des experts qui ont appelé, à maintes reprises, les plus hautes autorités du pays à suspendre, carrément, ce rituel pour éviter le risque de contamination et la dissémination du virus.

En recommandant fortement l’interdiction du sacrifice, les médecins avancent comme, entre autres, raisons les rassemblements qui se font autour du mouton. «Ces rassemblements sont une source de propagation du virus, ce qui ne fera qu’empirer la situation épidémiologique dans notre pays.

Il existe un risque non négligeable du non-respect des gestes barrières et le port du masque par certains citoyens», affirment les médecins, qui souhaitent en toute responsabilité, disent-ils, éviter une nouvelle flambée, qui compliquerait singulièrement la riposte et annihilerait tous les efforts d’endiguement entrepris jusque-là.

Pour eux, «surseoir à la célébration de cette fête sera un geste de respect à la mémoire des victimes de la Covid-19 et de solidarité avec les personnels soignants, qui ont droit au repos, car épuisés par les gardes médicales, la séparation avec leurs familles et l’angoisse de la contamination».

Les «pour» et les «contre»… le rituel sacrificiel

Mais, leur appel n’a pas été entendu, puisque la commission de la fatwa du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs a donné son quitus pour le rituel du sacrifice, mais avec des conditions. Elle exhorte la population à respecter les gestes barrières et la distanciation physique. Le porte-parole du comité en charge du suivi de l’épidémie de coronavirus, le Dr Djamel Fourar, redoute la réédition du scénario de l’Aïd El Fitr, qui a été suivi d’une flambée de cas Covid-19.

«Notre crainte est de voir la population durant l’Aïd El Adha commettre les mêmes erreurs que lors de l’Aïd El Fitr, durant lequel la majorité de la population n’a pas respecté les mesures de confinement. Cette cérémonie a, en effet, favorisé les visites familiales et fait que le virus a infecté des personnes qui n’étaient pas atteintes», a-t-il rappelé.

Le porte-parole du comité scientifique demande aux Algériens de faire «très attention» durant cette fête, d’autant plus que «maintenant le mode de transmission du virus est connu par la majorité des citoyens».

Le Dr Fourar recommande à chaque citoyen de procéder au rituel «individuellement» et conseille d’éviter les regroupements. «La distanciation sociale est importante et le port du masque est obligatoire durant tout le processus du rituel. Il faut être vigilant pour qu’on n’ait pas une flambée des cas juste après l’Aïd», a averti le Dr Fourar.

Faut-il rappeler que la très influente Association des oulémas, présidée par cheikh Abderrazak Guessoum, et le Conseil national autonome des imams, dirigé par Djamel Ghoul, se sont prononcés pour le rituel du sacrifice et ont même dénoncé les voix qui se sont élevées pour appeler à l’annulation de cet acte.

Pour Guessoum, les adeptes de l’annulation de ce rituel veulent semer la confusion dans la société. «Il n’existe aucune preuve scientifique sur un quelconque lien de causalité entre le rituel de sacrifice et la propagation de l’épidémie», note-t-il en renvoyant la balle aux autorités, leur demandant de faire leur travail en veillant au respect des mesures barrières. Au final, le rituel du sacrifice aura lieu et les médecins croisent les doigts !

Post Views: 8