Traçage de sujets contacts à Constantine : L’enquête des SEMEP a ciblé plus de 2400 cas


Récemment, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a lancé, sur proposition du conseil scientifique, des enquêtes épidémiologiques à travers les dix wilayas les plus affectées par la pandémie de coronavirus, avant l’application de la deuxième phase du plan de déconfinement.

Un dispositif actionné face à la recrudescence des cas Covid. «Cette stratégie aura pour but d’interrompre, de façon durable, la chaîne de transmission, faute de quoi on pourrait assister à la persistance d’une transmission résiduelle susceptible d’être à l’origine de nouvelles vagues», avait indiqué le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, à cet effet.

Pour ce faire, il a été procédé au renforcement des équipes des services épidémiologique de médecine préventive (Semep) dont les prérogatives sont fondées sur le recueil, l’analyse et la diffusion de l’information sanitaire.

C’est à ces dernières que revient la mission de l’identification de l’ensemble des cas contacts, leur dépistage et leur soumission aux mesures de prévention appropriées. «Dès qu’une personne est dépistée positive au coronavirus, l’enquête épidémiologique est aussitôt enclenchée.

Les contacts sont identifiés sur la base des informations fournies par le malade. Ensuite, le service de la médecine préventive de la structure sanitaire située à proximité du lieu de domiciliation est saisi.

C’est lui qui prendra le relais pour le suivi quotidien des cas contacts», nous a expliqué un médecin du service Covid du CHUC. Depuis l’apparition des premiers cas positifs, la recherche des cas contacts n’aurait pas été suffisamment élargie.

Elle s’est limitée aux membres de la famille du malade, est-il soutenu en milieu hospitalier. A Constantine, wilaya ciblée de par son classement, au demeurant 5e, en nombre de malades infectés, les équipes en charge de cette mission sont à pied d’œuvre.

Selon un rapport présenté par les responsables du secteur de la santé lors d’une récente réunion d’évaluation de la situation épidémiologique présidée par le chef de l’exécutif, Saci Ahmed Abdelhafidh, il ressort que depuis le début de la pandémie et jusqu’au 22 juin en cours, le nombre de sujets contacts enquêtés autour des cas dépistés positifs est de 2486. L’enquête en question s’intéresse à tout cas suspect ou confirmé de la Covid-19.

Des cas qui pourraient être plus nombreux et qui échappent aux statistiques en raison du manque de moyens ou d’informations fiables. «Le service d’épidémiologie de la wilaya, à travers les Semep, se trouve dépassé par le nombre de nouveaux contaminés.

Par manque de moyens matériels et humains, il n’arrive plus à rechercher et contrôler tous les nouveaux sujets contacts», indique le Pr Wahab Benarab. Il préconise l’implication de médecins dans cette stratégie : «… Les médecins de ville peuvent procéder à la recherche et au contrôle des sujets contacts de leurs nouveaux Covid.

Les sujets contacts qui sont contaminés seront alors placés en confinement chez eux. Leur suivi pourra se faire par téléphone, pour les cas asymptomatiques ou bénins.» Le président de la commission de la santé à l’APW insiste sur la prise en charge des malades, de leurs proches ou sujets contacts.

Une prise en charge qui constitue, avec les mesures de prévention dont la distanciation physique, le port de masque et les gestes barrières, l’une des conditions d’aboutir à la rupture de la chaîne de transmission du virus, selon lui. 

Post Views: 41