Titre de séjour en France pour Algériens : vers une nouvelle condition

Avec l’augmentation des sans papiers, dont Algériens et de la délinquance, la France et le département de Gérald Darmanin se sont lancés ces derniers mois dans une « révolution ».

Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin semble prêt à tout pour mettre fin à la délinquance, causée par une minorité des sans papiers maghrébins et Algériens.

Après la proposition du nouveau projet sur l’immigration qui prévoit un durcissement des règles contre les migrants clandestins, le ministre français dévoile une nouvelle règle.

Il s’agit, en effet, de la condition d’intégration, mais cette fois ça ne concerne que les étrangers et algériens désireux de s’installer en France d’une façon légale (Étudiants, regroupement familiaux, mariages mixtes, etc.).

France, quelle est la nouvelle condition pour un titre de séjour en 2023 ?

Titre de séjour en France

Avec l’augmentation des regroupements familiaux et des demandes de résidences. La France s’apprête à imposer une nouvelle condition aux étrangers, dont les Algériens, pour résider dans le pays de la francophonie. La maitrise de la langue française.

En effet, la demande d’un titre de séjour devrait, l’année prochaine (2023) être appuyée par un test de maitrise du Français. Plusieurs examens seront disponibles pour cette étape : TCF, DELF, DALF… Et pleins d’autres.

Pas que ! Les Algériens déjà résidents en France peuvent se retrouver du jour au lendemain sans titre de séjour s’ils ne maitrisent pas le français. Pour Darmanin, « ils ne pourront pas rester en France s’ils ne parlent pas notre langue ».

Tous les étrangers qui ont un titre de séjour en France devront passer et réussir un examen de français (type TCF ou équivalent) pour pouvoir renouveler leur résidence. C’est du jamais vu, mais c’est ce qu’a annoncé le ministre français de l’Intérieur.

« Les personnes ayant un titre de séjour. Ils passeront un examen de langue. S’ils réussissent, ils restent, car peuvent s’intégrer. S’ils ne réussirent pas, on leur retirera leurs résidences et ils retourneront dans leurs pays », avait annoncé Gerard Darmanin lors d’un passage à la chaîne de télévision CNews en novembre dernier.

2 points à retenir du nouveau projet sur l’immigration de 2023 en France

Gerard Darmanin, ministre français de l’intérieur

Durant la même période, le ministre français de l’Intérieur a levé le voile sur le nouveau projet d’immigration qui va être présenté l’année prochaine devant le parlement.

Outre le durcissement des règles contre l’immigration illégale, le projet de Gerard Darmanin propose une nouvelle voie de régularisation pour les sans papiers à travers un nouveau type de titre de séjour.

De ce fait, avec ce nouveau projet (toujours pas validé par le parlement), les « harragas » algériens, mais aussi étrangers, auront la possibilité de régulariser leur situation en acceptant de travailler dans certains secteurs.

Comment ? Un titre de séjour signé « métiers en tension » sera créé pour permettre aux étrangers de travailler en France pendant 1 an.

Certes, la validité de cette résidence est limitée, mais une possibilité de renouvellement pourrait être étudiée si le travailleur apporte une valeur ajoutée à l’économie française.