Si le confinement perdure : Le ministère de l’Education nationale a prévu un enseignement à distance


Face à la probabilité de prolonger la période de confinement, le ministère de l’Education nationale envisage de recourir à l’enseignement à distance pour assurer les cours du troisième trimestre pour les trois paliers. Un plan B que le département de Mohamed Ouadjaout compte mettre à exécution dès mercredi prochain.

«Si la période de confinement est prolongée, les élèves pourront suivre leurs cours normalement via la plateforme de l’Office national d’enseignement et de formation à distance (ONEFD) ainsi que sur la nouvelle chaîne de la télévision algérienne, dont une bonne partie du programme sera dédiée à l’enseignement. Une période d’expérimentation est tout de même nécessaire afin d’habituer les élèves à suivre les cours dispensés sur cette nouvelle chaîne», déclare Nedjadi Messeguem, inspecteur général au ministère de l’Education nationale, qui signale que le but de la mise en place de ce plan est la continuité des cours et surtout d’éviter de perturber les élèves.

Une déclaration qui vient mettre fin aux rumeurs qui ont fait jour suite à la crainte de l’impact du prolongement des vacances sur la scolarité des enfants. Pour les parents d’élèves, l’idée de créer une chaîne de télévision est une bonn solution compte tenu de la situation sanitaire exceptionnelle liée à la pandémie du coronavirus. Ils restent cependant sceptiques par rapport à la plateforme en ligne d’enseignement à distance.

«L’accès à internet et ses outils, tels qu’un PC, une tablette ou un smartphone, n’est pas démocratisé au point de permettre à un enfant habitant un douar enclavé de suivre ses cours en ligne. L’idée de la télévision reste une solution, à condition que les enfants aient l’environnement adéquat pour se concentrer», souligne Djamila Khiar, présidente de la Fédération nationale des associations de parents d’élèves. Selon elle, les parents ont aujourd’hui une grande responsabilité dans l’application de cette mesure exceptionnelle.

Une déclaration qu’approuve Ali Benzina, président de l’Organisation nationale des parents d’élèves, qui remet cependant en question la faisabilité de ce plan. Pour lui, il est préférable de mettre sur cette chaîne de télévision – la Six –des cours de révision. «Il est impossible qu’un enfant puisse apprendre de nouveaux concepts à distance, loin de l’environnement scolaire. Il faut absolument penser à autre chose, comme reporter le début du 3e trimestre au mois de mai ou carrément comptabiliser les deux trimestres seulement, notamment pour les classes hors examens de fin d’année», ajoute-t-il.

Boualem Amoura, président du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), est plus catégorique : «L’idée d’un 3e trimestre en ligne est irréalisable. D’abord parce qu’internet n’est pas généralisée sur tout le territoire national et, lorsqu’il existe, son débit est faible.

De plus, étant donné que beaucoup de familles algériennes sont pauvres, il ne leur est pas possible d’acheter à leurs enfants un matériel informatique ou une tablette, outre la facture d’internet.» Il considère que le recours à la chaîne de télévision reste la meilleure solution à l’heure actuelle. Plus de détails seront connus dans les prochaines 48 heures.

Post Views: 0