Rassemblements et sièges d’APC fermés à Bouira : Le front social en ébullition !


Le front social est en effervescence dans la wilaya de Bouira, où des citoyens ont recouru à des actions de rue pour se faire entendre. La fumée de la protesta s’échappe de partout.

Les coupures d’eau potable devenus récurrents et touchant presque l’ensemble des communes de la wilaya ne cessent de provoquer la colère et l’indignation des populations. L’eau se fait de plus en plus rare dans les robinets. Pourtant, le volume mobilisé par les trois barrages de la wilaya avoisine le un milliard de mètres cubes. Cette situation a naturellement irrité les villageois. Hier, ce sont les habitants d’El Maleh dans la commune de Dirah, à 60 km, à l’extrême sud du chef-lieu de wilaya, qui ont décidé de la fermeture du siège de l’APC, en signe de protestation contre la pénurie d’eau persistant depuis des mois. «L’eau arrive une fois tous les 15 jours et en quantité insuffisante», dit avec colère un manifestant, joint par téléphone.

Notre interlocuteur a rappelé que les travaux de raccordement des villages de la commune de Dirah aux eaux du barrage Koudiat Acerdoune sont presque achevés. En plus de la crise du manque du liquide vital, les villageois ont soulevé le problème du manque des moyens de transport scolaire. A Ouled Yahia, non loin du chef-lieu communal, ce sont les parents d’élèves d’une école primaire qui ont bloqué l’accès à l’établissement pour protester contre la dégradation de l’école et l’absence de commodités pouvant assurer et garantir une scolarité stable à leurs enfants. «Le logement de fonction est occupé par des personnes qui n’ont rien à avoir avec le secteur», a-t-on accusé. Par ailleurs, ce sont les souscripteurs au programme des 30 logements (LPA) implantés à la commune de M’chedallah, à l’est de Bouira, qui ont observé, hier, un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya. Les manifestants ont exigé la livraison dans les délais de leurs logements.

Post Views: 0