Rahmani et Tahkout risquent un durcissement de peine

Qui dit rentrée sociale, dit reprise de l’activité dans plusieurs secteurs, en l’occurrence l’activité judiciaire, avec la reprise des procès. Plusieurs affaires de corruption sont programmés pour ce mois de septembre. En effet, plusieurs ministres, hauts responsables, hauts cadres et hommes d’affaires se retrouveront de nouveau devant la justice.

Si le 11 septembre 2022, la sixième chambre criminelle de la Cour d’Alger avait reporté le procès d’Anis Rahmani et Mahieddine Tahkout, à la demande de la défense, à aujourd’hui, le dimanche 18 septembre 2022, date à laquelle le procès a bien eu lieu. Le procureur de la République de la Cour d’Alger a requis une peine plus sévère contre le président-directeur général d’Ennahar, Mohamed Mokaddem, dit Anis Rahmani mais aussi contre l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout. Ces deux derniers font face à de lourdes accusations.

Le Procureur de la République près la Cour d’Alger a estimé que les jugements rendus par le Tribunal pénal économique et financier de Sidi M’hamed ne sont pas à la mesure de la gravité des faits pour lesquels les deux accusés sont poursuivis.

Rahmani et Tahkout condamné en juin dernier à 10 ans de prison ferme

Il est à rappeler, qu’juin dernier, le pole pénal économique et financier près le tribunal de Sidi M’hamed a prononcé une peine maximale de 10 ans de prison contre le patron de la chaine Ennahar, Mohamed Mokaddem, dit Anis Rahmani, ainsi qu’une amende d’un million de dinars. Ce dernier avait été poursuivi dans cette affaire pour mauvais usage des fonds de la Sarl El-Athir Presse ; infraction à la réglementation des changes et trafic d’influence pour l’obtention d’indus avantages et fausses déclarations. L’homme d’affaires, Mahieddine Tahkout, le second accusé dans cette affaire, a lui aussi été condamné à 10 ans de prison pour « blanchiment d’argent ». Mais aussi la confiscation de tous les biens immobiliers et avoirs bancaires des deux accusés, ayant été saisis en vertu des ordonnances de saisie émises par le juge d’instruction et qui font l’objet de commissions rogatoires.

La Sarl El-Athir Presse relevant du groupe Ennahar, dont le PDG est Anis Rahmani, avait été sommée de payer une amende de 32 millions de dinars avec versement d’une indemnité de 10 millions de dinars au profit du trésor public.