Raffour (Bouira) : Grève et marche de solidarité avec les détenus d’opinion


Des centaines de personnes ont marché, hier, depuis la ville de Raffour jusqu’au siège de la daïra de M’chedallah, à l’est de Bouira, en solidarité avec les détenus d’opinion, dont Younès Bounadi, fils de la localité.

Les marcheurs ont hissé une banderole géante sur laquelle on pouvait lire «Peuple pacifique, pouvoir violent», ainsi que plusieurs portraits de détenus d’opinion.

Tout au long de leur parcours, les protestataires ont scandé des slogans hostiles aux tenants du pouvoir. Arrivant devant l’annexe du tribunal de Bouira à M’chedallah, les manifestants ont observé un arrêt de quelques minutes au cours duquel ils ont scandé «Libérez Younès ! Libérez les détenus !» Vers la fin de la marche, des policiers en civil ont tenté d’opérer des arrestations, mais en vain.

En outre, une grève générale a été observée par les commerçants de Raffour durant la journée d’hier. Par ailleurs, lors d’un meeting populaire tenu, vendredi soir, sur la place publique de la localité, les intervenants, dont des avocats, ont insisté sur l’union et la poursuite de la lutte pacifique. «La libération des détenus d’opinion est une affaire qui nous concerne tous. Nous n’allons pas nous taire», dira un activiste.

«Personne n’est à l’abri de la répression qu’exerce le pouvoir, même les avocats n’ont pas été épargnés, mais nous n’avons pas peur. Nous sommes et nous resterons toujours aux côtés des détenus d’opinion, sans exception. La mobilisation citoyenne pacifique doit se poursuivre et s’intensifier. Il ne faut plus céder aux provocations et intimidations», s’est exprimé un avocat au nom du collectif des avocats de défense des détenus d’opinion. 


Post Views:
38

Advertisements