Procès de corruption : Temmar risque 6 ans de prison

Ce jeudi 21 juillet 2022, le Procureur de la République près le Tribunal du Pôle Criminel spécialisé dans les affaires de corruption financière et économique à Sidi M’hamed à Alger, a requis une peine de 6 ans de prison et un million de dinars d’amende, avec une demande de confiscation de toutes les saisies, à l’encontre de l’ancien Ministre du Logement, Abdelwahid Temmar, qui est poursuivi dans une nouvelle affaire de corruption en sa qualité d’ex wali de la wilaya de Mostaganem. Ce dernier est poursuivi pour avoir exploité des terres forestières pour y installer des campements d’été.

Est également poursuivi dans cette affaire, l’ex-directeur des forêts de la wilaya de Mostaganem, qui était absent à l’audience du tribunal. Ils sont tous deux accusés de délit d’abus de fonction, édition de documents administratifs contenant des faits inexacts, en plus de la fausse déclaration de propriété.

Le fond de l’affaire, selon ce qui a été discuté lors de l’audience, remonte à l’année 2019 après que l’ancien wali de Mostaganem, Abdelwahid Temmar, a été poursuivi en lui accordant des licences pour établir des camps d’été sur des terres forestières en violation à la loi alors qu’il n’a pas déclarer certains de ses comptes bancaires. Il a confirmé que les permis accordés étaient conformes à la loi et c’est le maire qui le lui aurait suggéré avec l’approbation du directeur forestier. Le représentant légal de la wilaya de Mostaganem a exigé une compensation de 1 million de dinars. L’agent judiciaire du trésor public a également exigé une indemnisation de 10 millions de dinars pour le préjudice subi.

Temmar déjà condamné à 4 ans de prison dans une autre affaire

La cour d’Alger avait condamné, le 29 juin dernier, l’ancien ministre du logement, Abdelwahid Temmar, à une peine de quatre ans de prison et une amende de 300 000 dinars dans une affaire de corruption dans le domaine de l’immobilier. Une peine réduite de 2 ans, car il est à noter que pour cette même affaire, le 31 mars 2022, le juge du pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed avait prononcé une peine de 6 ans de prison et 300 000 dinars d’amende, contre l’ex ministre du logement.

Cette même Cour a décidé de réduire la peine pour l’accusé Fares Sellal, de 3 ans à deux ans de prison, la même peine a été infligée aux hommes d’affaires Tarik Noah Kouninef et Abdelmalek Sahraoui.

En outre, le juge a confirmé l’acquittement pour l’ancien directeur de la résidence de l’État, Hamid Melzi, tandis que les peines prononcées par le Cour varient entre 18 mois, des peines de prison avec sursis et l’acquittement des autres accusés, qui ont été condamnés devant la Cour de Première Instance du Pôle Financier et Économique de Sidi M’hamed, avec des peines allant de deux à trois ans.