Plusieurs voyageurs bloqués à l’aéroport d’Istanbul


En l’absence d’autorisation des autorités algériennes

Plusieurs images et vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent la détresse des voyageurs algériens qui vivent dans une situation désastreuse : des familles entières abandonnées à leur sort sans aucune réaction des autorités algériennes concernées.

Des centaines de ressortissants algériens sont bloqués depuis plusieurs nuits à l’aéroport d’Istanbul, en Turquie, et vivent le cauchemar. Une situation intenable due au refus, jusque-là, de l’autorisation de survol que les autorités algériennes doivent accorder à la compagnie Turkish Airlines. De nombreuses images et vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent la détresse des voyageurs algériens qui vivent dans une situation désastreuse : des familles entières abandonnées à leur sort sans aucune réaction des autorités algériennes concernées.

Ni le consulat algérien ni l’ambassade n’ont réagi à cette situation, vécue par ces voyageurs comme un «mépris total». La tension est montée d’un cran ces dernières heures et la police turque les a sévèrement réprimés. Des vidéos montrent en effet une offensive de cette police ne faisant aucune distinction (familles, enfants en bas âge).

Un responsable de l’aéroport turc s’est adressé en ces termes aux Algériens bloqués mais qui ne se trouvaient pas dans la zone internationale : «Ecoutez, c’est la dernière fois que je vous parle : il y a un avion la nuit, mais votre gouvernement ne nous a pas répondu. Il y a entre 600 et 1000 Algériens bloqués à l’aéroport d’Istanbul.

Personne ne voyage vers l’Algérie. Vos autorités refusent de les rapatrier et les aéroports sont fermés, n’attendez pas ici ! Allez à l’ambassade, ici personne ne va vous donner à manger et à boire. Vos bagages ne vous seront pas restitués.» Une manière de mettre clairement la balle dans le camp des autorités algériennes.

Les plus touchés sont les Algériens bloqués à l’aéroport d’Istanbul dans la zone internationale avec les tickets d’embarquement : ils vivent le calvaire. Pour attirer l’attention des autorités algériennes et les mettre face à leurs responsabilités, ils n’ont rien trouvé de mieux que de filmer leurs scènes de désarroi, de désorientation générale et leur situation catastrophique et les mettre sur les réseaux sociaux.

«Partagez au maximum», lance l’un d’eux pour prendre à témoin les internautes sur la réalité et dénoncer ce qui s’apparente, à leurs yeux, à un lâchage des autorités algériennes et de la représentation diplomatique en Turquie. En effet, il n’y a eu aucun communiqué, aucune assistance et encore moins la moindre compassion. Les témoignages sont poignants, pathétiques et émouvants.

«Il y a des voyageurs malades chroniques qui ont envoyé leurs médicaments dans les bagages et qui ont besoin de doses précises pour calmer leur douleur et soigner leur pathologie», lance une voix. Une vidéo montre un homme âgé, affalé sur un banc en métal, masque sur la bouche et le nez et qui a visiblement du mal à respirer. Plus loin, une femme est sur une chaise roulante : elle a le regard inquiet.

Il y a ceux qui n’ont pas de quoi acheter à manger, ou des couches pour les bébés. Depuis 6 jours, disent-ils, «ils dorment à même le sol livrés au froid». Un jeune lance un ultime SOS, espérant une bouée de sauvetage : «Monsieur le Président, trouvez-nous une solution !»

Wazir taalim el aâli (ministre de l’Enseignement supérieur), vous nous avez envoyé en stage de courte durée dans le cadre d’une mission scientifique et nous nous retrouvons en fin de compte humiliés d’une manière abjecte. Où est la valeur de l’enseignant universitaire et du citoyen algériens ?» s’interroge une enseignante.

Un message de détresse envoyé résume la situation sur place : «Nous sommes des Algériens à Istanbul en ce moment bloqués à l’aéroport. Plusieurs vols étaient censés partir vendredi, mais une partie a été embarquée, les autres non et aucune info n’a été transmise. Aujourd’hui, au niveau de la sous-douane, nous sommes les passagers d’un vol d’Air Algérie et trois de Turkish Airlines.

Tous avec des tickets d’embarquement, nos bagages envoyés en soute censés être partis vendredi, mais rien. On s’est réunis hier et nous avons demandé aux policiers turcs de nous ramener notre consul, il est venu mais n’avait absolument rien de concret ni de proposition positive à faire.» Il poursuit : «Aujourd’hui, nous nous sommes encore réunis pour scander des slogans et appeler à être rapatrier. Les choses ont peu à peu dégénéré, la tension est montée.

Les Algériens tentaient de bloquer les autres passagers d’autres nationalités pour marquer leur présence et faire entendre leurs demandes, les policiers n’ont pas apprécié et  ont commencé à frapper.»

En Malaisie, des Algériens sont bloqués à l’aéroport de Kuala Lumpur (Malaisie) ou éparpillés sur d’autres lieux. Un groupe s’est assemblé devant l’ambassade d’Algérie dans ce pays, dénonçant leur précarité : ils sont sans ressources financières et ne peuvent par conséquent se nourrir. Ils ont demandé à voir l’ambassadeur, mais une personne leur a dit froidement : «Il ne peut rien pour vous !»

Post Views: 119