Ouyahia, Sellal, Zoukh, Benyounès et d’autres devant le juge d’instruction


C’est sur fond de cris des citoyens qui ont tenu à assister et qui scandaient «Klitou labled ya saraqin» que plusieurs anciens ministres, hauts responsables et cadres ont comparu, hier, devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed, à Alger. La liste des personnalités convoquées a été officiellement annoncée par la télévision publique.

Il s’agit des deux ex-Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, de l’ancien ministre des Finances Karim Djoudi, de l’ancien ministre du Commerce Amara Benyounes, de l’ex-wali d’Alger Abdelkader Zoukh, de l’ancien ministre des Travaux publics Abdelghani Zaalane.

A Tipasa, l’ex-wali Mustapha Layadhi a été lui aussi entendu hier par le juge d’instruction du tribunal local dans le cadre d’une enquête sur des «soupçons de corruption». D’autres responsables de différents secteurs économiques ainsi que des hommes d’affaires ont également été convoqués au tribunal de Sidi M’hamed. Une chaîne de télévision privée évoque une soixantaine de hauts placés et cadres concernés par l’enquête et les convocations.

Ils seraient tous reçus par le procureur dans les jours, voire les heures à venir. Hier, aux alentours du tribunal, un important dispositif sécuritaire a été installé, ce qui a rendu difficile l’accès des journalistes à l’information pour savoir si ces responsables et hommes d’affaires étaient convoqués en tant que suspects ou témoins.

La télévision publique avait indiqué dans la journée que «la convocation de ces responsables s’inscrit dans le cadre de la poursuite des enquêtes concernant l’affaire Ali Haddad». Amar Tou a été aussi entendu ; il a quitté le tribunal vers 18h. L’ancien ministre a été entendu par le procureur de la République dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Ali Haddad. Au moment où nous mettons sous presse, les responsables convoqués quittaient l’un après l’autre le tribunal.

La justice convoque, depuis quelque temps, nombre de responsables pour les auditionner dans le cadre d’enquêtes sur des affaires de corruption. Devant le tribunal de Sidi M’hamed se rassemblent des citoyens exigeant «une justice équitable et l’incarcération des corrompus». En fin de journée, vers 17h30, Abdelkader Bensalah, chef de l’Etat par intérim, a nommé Belkacem Zeghmati nouveau procureur de la cour d’Alger. Il avait été, rappelons-le, démis de ses fonctions en 2015 par l’ancien président Bouteflika.

Détail important, Zeghmati, qui vient de remplacer Benkathir Benaïssa, était l’auteur des mandats d’arrêt lancés contre l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil en 2013. Abdelkader Bensallah a aussi nommé Bendaas Fayçal nouveau procureur du tribunal de Sidi M’hamed et a mis fin aux fonctions d’El Bey Khaled ; il a nommé également Mokhtar Lakhdari à la tête de l’Office central de répression de la corruption.Notons également que l’ancien présient du Conseil constitutionel, Tayeb Belaiz, aurait été convoqué comme témoin au tribunal militaire de Blida. L’information n’a pas encore été confirmée.

Related Post

Activités de la gendarmerie nationale à Mila : Plu…
MCA : Bachi et Zenir renforcent la direction
Des habitants de Laâricha perturbent la visite du …
Ouargla : Les élèves dénoncent les examens en plei…

Post Views: 0