Outrage à la mémoire de Abane Ramdane : Six mois de prison ferme contre Rabah Drif


«L’un de ses avocats a certes demandé des excuses à la famille Abbane en pleine plaidoirie. Mais Drif a demandé l’acquittement. Il a nié les accusations en considérant ces déclarations comme relevant de la liberté d’expression. D’après lui, il n’avait pas l’intention de toucher à l’image de Abbane. Lors du procès, il a cité des ouvrages et des personnalités qui l’ont critiqué comme Ali Kafi, Bentobal. Il a dit qu’il faut d’abord accuser ces gens-là », a confirmé à El Watan, Me Alili Yamine, avocate de la partie civile…

Le tribunal de M’sila a condamné, hier, l’ex-directeur de la culture de cette wilaya, Rabah Drif, à 6 mois de prison ferme et à une amende de 200 000 DA pour «outrage» à la mémoire de Abane Ramdane.

L’ex-directeur de la culture de la wilaya de M’sila a été placé, le 14 janvier dernier, en détention provisoire après avoir traité, dans un message posté sur sa page Facebook, Abane Ramdane de «traître».

Echangeant avec le réalisateur Bachir Derraïs, l’ex-directeur de la culture a écrit : «Je vous ai combattu et je vous combattrai. Ce n’est pas parce que vous êtes Bachir Derraïs, mais pour une seule et unique raison, c’est que vous êtes le prolongement du plus grand traître et agent de la Révolution bénie qui est ‘‘Abane Ramdane’’.»  Le ministère des Moudjahidine, l’association Abane Ramdane et sa famille ont poursuivi en justice l’ancien directeur, limogé de son poste au lendemain de ses déclarations.

Le 15 mars, le procureur de la République près le tribunal de M’sila a requis une peine de deux ans de détention assortie d’une amende de 200 000 DA à l’encontre du prévenu. Les avocats de la défense ont réclamé l’acquittement de leur client. L’un de ses avocats a certes présenté des excuses à la famille Abane en pleine plaidoirie.

Mais Drif a demandé l’acquittement. Il a nié les accusations en considérant ses déclarations comme relevant de la liberté d’expression. D’après lui, il n’avait pas l’intention de toucher à l’image de Abane. Lors du procès, il a cité des ouvrages et des personnalités qui l’ont critiqué, comme Ali Kafi, Bentobbal.

Il a dit qu’«il faut d’abord accuser ces gens-là» a confié à El Watan Me Alili Yamina, avocate de la partie civile, qui affirme que ses confrères et elle ont évoqué des témoignages de Ferhat Abbas, Amar Ouamrane, élogieux à l’égard du héros Abane. Les avocats de Drif ont décidé de faire appel de la décision.

La partie civile également. «L’accusé était poursuivi pour ‘‘atteinte à l’unité nationale’’, suivant l’article 79 et ‘‘affichage des articles ou publication ayant pour objectif de toucher l’intérêt général’’ conformément aux articles 52 et 66 de la loi du moudjahid et martyr. Il a été condamné pour ce second chef d’inculpation.

Nous aussi nous allons faire appel, car il a bénéficié d’un acquittement dans l’accusation atteinte à l’unité nationale», indique Me Alili. Des habitants de M’sila, des hirakistes, précise-t-elle, s’étaient manifestés lors du procès.  

Post Views: 14