Ouargla : Des jeunes ont manifesté pendant la nuit contre l’élection


Notre position est de dire que nous nous opposons à la tenue d’une élection présidentielle dans les conditions actuelles, infligées de surcroît par le pouvoir, nous avons tenu à le dire tout de suite avant que le jour ne se lève.» Telle est la réponse de Younès, un des participants à la manifestation nocturne de dimanche soir, à un adepte de l’organisation en urgence d’une élection pour sortir le pays d’une crise qui a assez duré.

Toujours à l’avant-garde de la contestation populaire, les jeunes Ouarglis, toutes obédiences confondues, sont totalement impliqués dans le débat général sur la question. Alors qu’une frange d’activistes commémorait le 15 septembre, avec fierté, la grande manifestation organisée un an plus tôt pour revendiquer un développement local plus intelligent, notamment pour ce qui est de la couverture sanitaire après le décès de la regrettée docteur Aïcha Aouisset des suites de morsures multiples d’un scorpion, un autre groupe attendait le discours officiel de Bensalah pour manifester sa colère.

Aussitôt le discours d’annonce de la convocation du corps électoral achevé, une trentaine de jeunes ont investi l’emblématique place de la Rose des sables pour manifester leur opposition à l’organisation de l’élection présidentielle annoncée pour le 12 décembre prochain. «Ouargla refuse l’obstruction de la parole du peuple», «Pas d’élections avec les gangs», « L’instance de dialogue et l’Autorité nationale indépendante des élections, deux faces de la même médaille de la fraude électorale».

Les slogans de ce sit-in qui s’est déroulé en début de soirée ont été brandis par ces militants connus de la place depuis quelques années déjà, manifestant pour la cause des chômeurs, celle du développement local ou bien encore totalement investis dans le maintien de la flamme du hirak, qui a connu quelques revers fin mai dernier avec la montée au créneau d’un groupe de manifestants militant pour les solutions prônées par le chef de corps d’armée Gaïd Salah et soutenant à ce jour qu’aucun avis contraire ne sera toléré.

C’est donc l’agressivité de plus en plus soutenue de ce mouvement qui a poussé les hirakistes de la première heure à changer de créneau horaire pour aboutir en fin de compte à deux manifestations plutôt qu’une chaque vendredi jusqu’au mois d’août, puis une seule, celle soutenant le mouvement national depuis la rentrée. Rejoignant le courant s’opposant à la tenue de ces élections, les activistes de Ouargla ont essuyé une réplique féroce sur la Toile.

La plupart des commentaires ont souligné le soutien de la majorité des habitants de Ouargla aux décisions de Gaïd Salah et Bensalah. Parlant pour la majorité silencieuse, les facebookeurs contestant la manifestation d’avant-hier estiment qu’il est temps que le pays retrouve une vie normale. Une partie des commentateurs estime par contre que chacun a le droit d’exprimer son opinion, y compris celle de s’opposer aux dernières décisions. Les opposants aux élections s’organisent pour multiplier leurs sit-in et envisagent même des rassemblements nocturnes similaires chaque soir pour se faire entendre. 

Post Views: 14