Oran : «Les algériens, khawa khawa»


Contrairement à vendredi dernier, où la tension était très forte, le mardi 31 décembre, la 45e marche estudiantine qui a coïncidé avec le dernier jour de l’année 2019, s’est déroulée dans le calme, sans provocation aucune de la part de ceux qu’on appelle communément «baltaguia».

Les manifestants, d’ailleurs, n’ont pas hésité à soulever l’épisode du vendredi 27 décembre par le truchement d’un nouveau slogan : «Les Algériens khawa khawa, w shab el fitna maa el khawana !» (Les Algériens sont tous des frères et ceux qui veulent semer la zizanie sont les véritables traîtres), ou sa variante : «Djeich chaab khawa khawa w shab el fitna maa el khawana !» Un appel à l’apaisement, en quelque sorte, et une manière aussi de dire qu’au-delà des clivages et des positions, tous les Algériens restent des frères et honte à ceux qui appellent à leur division et veulent semer la haine entre eux. Dans le même ordre d’idées, un hommage a été rendu à la ville de Annaba, meurtrie elle aussi par les agressions des perturbateurs vendredi dernier : «Annaba hadaria, klawha l’baltagia !» Les étudiants n’ont pas non plus perdu leur sens de l’humour en ce 45e mardi du hirak, comme l’a démontré un autre slogan, faisant référence aux premières nominations ministérielles par le président Abdelmajid Tebboune : «Dawla chababia machi chibania !» (Pour un Etat de jeunes et non un Etat de vieux). Evidemment, il n’y a pas là à voir une quelconque trace de racisme «anti-vieux», comme certains le péroreront, mais juste une volonté de faire de l’humour et de l’ironie, qui sont, qu’on le veuille ou non, les marques de fabrique du hirak depuis son commencement.

A la place du 1er Novembre, lieu de départ de la marche, le cortège n’était pas très imposant, mais à mesure qu’il avançait, il ne cessait de croître. D’autres slogans étaient également scandés, notamment : «Dawla madania machi askaria !» (Pour un Etat civil et non militaire), «Mada seb3a solta le’chaab !» (article 7, le pouvoir au peuple). Au niveau du quartier Miramar, une chanson a même été scandée par une partie des manifestants appelant à la libération de tous les détenus d’opinion, notamment Lakhdar Bouregaâ.        

Post Views: 55