Omra 2022 : l’Arabie saoudite allège les mesures sanitaires

Après l’amélioration du contexte sanitaire dans le monde, plusieurs pays ont procédé à l’annulation des quelques mesures sanitaires instaurées dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Au nombre de ces pays, la France, qui a procédé à l’annulation de son pass sanitaire. Une décision qui est entrée en vigueur le 1 août dernier.

Dans un autre contexte, l’Arabie Saoudite a rouvert ses portes aux pèlerins étrangers le mois d’octobre 2021. Leur permettant d’exaucer leur souhait d’accomplir la Omra, le petit pèlerinage musulman, après deux ans de suspension. Dans ce même sillage, l’Arabie Saoudite rejoint également la France sur sa décision, notamment celle portant sur l’annulation de l’une des mesures sanitaires.

Pour rappel, ce pays a exigé le respect d’un certain nombre de mesures pour permettre aux fidèles musulmans d’effectuer le rituel de la Omra. À savoir, l’obligation de vaccination avec un vaccin valable dans le royaume saoudien, mais aussi la présentation d’un test PCR de moins de 48 heures.

Omra 2022 : l’Arabie Saoudite annule l’obligation du test PCR pour les pèlerins étrangers

Par ailleurs, l’Arabie Saoudite a décidé de dispenser les pèlerins étrangers, notamment les Algériens, souhaitant accomplir le rituel de la Omra, de l’obligation de présenter un test PCR négatif. En effet, cette décision a été annoncée par le ministère saoudien du Hajj et de la Omra, après l’ouverture officielle de la saison 2022.

Cependant, conformément à ce qu’a rapporté le journal saoudien Okaz, ce même ministère insiste sur l’importance de se procurer une assurance permettant de couvrir tous les frais de soins contre le Covid-19. Le ministère saoudien rappelle également que la durée de résidence pour ces pèlerins est portée à 90 jours.

Dans un précédent communiqué, l’Arabie saoudite a annoncé l’ouverture officielle de la nouvelle saison de la Omra. Lancée notamment en date du 30 juillet 2022, celle-ci correspond également à la fête musulmane du 1er Mouharram.